Les Mauriciens se préparent actuellement pour les championnats du monde de beach handball U17 qui se tiendront du 11 au 16 juillet prochain, à Villa Caroline, Flic-en-Flac. L’équipe masculine composée de 18 joueurs est dirigée par Ludovic Carré. Elle s’entraîne les lundis, mardis et vendredis au gymnase de Phoenix avant d’y aller crescendo le week-end à Flic-en-Flac. En marge de ce camp d’entraînement hebdomadaire, tout un programme a été préparé par Ludovic Carré. Rien n’est laissé au hasard de samedi matin à dimanche après-midi où la condition  physique, les gestes techniques, le jeu tactique, la cohésion et l’efficacité collective sont de rigueurs.
À 30 jours du mondial, Ludovic Carré se dit « content » du rendement de ses handballeurs et de la dévotion qu’ils montrent à chaque session d’entraînement. « Ils acceptent de venir en payant eux-mêmes les frais du voyage parce qu’ils savent qu’ils forment une équipe. Ils ne veulent pas abandonner et c’est très encourageant. Ils sont très soudés et dévoués. Ce qui est très important si on veut faire un bon championnat du monde ». En effet, les jeunes mauriciens qui défendront le drapeau national à cette compétition, durant leur préparation sont poussés à sortir de leur zone de confort. Durant un mois, ils ont dormi sous une tente à la belle étoile. Ce n’est que la semaine dernière que la présélection dort au centre de jeunesse de la localité. « Camper a permis de renforcer l’esprit d’équipe », fait ressortir l’entraîneur.  
Selon Grégory Antoinette qui fait partie de la présélection, les joueurs veulent avant tout être encouragés par tout un chacun. « On fait avec les moyens du bord. Bien qu’on manque de ressources, on ne veut pas baisser les bras, on ne veut pas se laisser décourager. Je pense que les gens ne sont pas au courant qu’il y aura une coupe du monde à Maurice et encore moins de son importance. Il faut que tout le monde soit partie prenante et nous encourage », a souhaité cet habitant de Trou-aux-Biches.
Présélection féminine incomplète
En ce qui concerne l’équipe féminine, elle est toujours à la case départ. Elles ne sont que cinq à s’entraîner en attendant le déplacement des émissaires de l’Association mauricienne de handball (AMH) à Rodrigues pour compléter la présélection. Celle-ci est coachée par Sanjay Dabydin. À un mois du mondial, ce dernier ne cache pas son inquiétude. « Je ne suis pas satisfait, car rien ne se passe comme prévu. Nous sommes considérablement en retard dans notre préparation. L’équipe n’a pas encore pris forme », exaspère-t-il.
Il nous explique : « les programmes de détection à Flic-en-Flac et à Mon-Choisy ont abouti à un groupe composé de huit joueuses uniquement. Mais vu les sacrifices qu’elles devaient faire, à savoir venir à Phoenix et à Flic-en-Flac par leur propre moyen de transport pour les entraînements, quelques parents se sont montrés réticents, surtout que certaines joueuses viennent de très loin. Ce qui fait que je me retrouve avec cinq handballeuses. On souhaite se déplacer à Rodrigues depuis novembre de l’année dernière pour une détection. Mais le projet n’a pas abouti. Récemment, on a eu une réunion avec le ministère de la Jeunesse et des Sports pour qu’on puisse s’y rendre dans les jours qui viennent pour compléter la sélection. Il va falloir qu’on trouve une dizaine de filles », dit Sanjay Dabydin. Entre-temps, les cinq présélectionnées suivent le même programme d’entraînement que les garçons.
Pour rappel, ce mondial de beach handball U17 réunira 32 équipes composées de 16 équipes masculines et féminines venant de tous les continents : Afrique, Asie, Europe, Amérique du Sud et Océanie. En tant que pays hôte, les sélections mauriciennes sont qualifiées d’office. Les équipes masculines en lice pour ce mondial sont l’Espagne, le Portugal, l’Italie, la Russie, la Thaïlande, Taiwan, le Pakistan, l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, le Venezuela, l’Afrique du Sud, les Samoa américaines, le Togo et l’Australie. Du côté féminin, les équipes des pays qui s’affronteront sur le sol mauricien sont les Pays-Bas, l’Espagne, le Portugal, la Croatie, la Hongrie, Taiwan, la Chine, la Thaïlande, le Brésil, l’Argentine, le Paraguay, le Venezuela, l’Afrique du Sud, l’Australie, Nouvelle-Zélande et le Togo. Chez les garçons, les Mauriciens se retrouvent dans le Groupe A avec les Brésiliens, les Taïwanais et les Pakistanais alors que les Mauriciennes auront les Chinoises, les Thaïlandaises et les Vénézuéliennes comme adversaires dans le Groupe C.