Les carottes sont cuites pour les beach-boys local qui ne seront pas présents aux Seychelles pour disputer la Coupe d’Afrique des Nations de beach-soccer du 14 au 19 avril. La Côte d’Ivoire n’a fait qu’une bouchée de la bande à Eddy Rose au Parc des Sports d’Abidjan lundi dernier, s’imposant sur le score de 12 buts à 2. Une vraie promenade de santé pour la formation entraînée par Jean Soro. La note est salée pour les coéquipiers de Kelly Mariva, 18-8 au combiné.
La Côte d’Ivoire a tout simplement été intraitable à domicile confirmant son statut de ténors africains de la discipline. Mené par 6 buts à 0 sur la plage de Mon Choisy, les Mariva, Nabab et autres Estazie avaient trouvé les ressources nécessaires pour mettre quatre buts aux Ivoiriens entretenant ainsi l’espoir de pouvoir renverser la vapeur au match retour. Mais les locaux n’ont pas été en mesure de réediter l’exploit mozambicain. Car la Côte d’Ivoire est surtout d’un tout autre niveau avec beaucoup de joueurs expérimentés contrairement aux Mozambicains lors du tour précédent.
Et les hommes de Jean Soro ont démontré toutes leurs forces de frappe en faisant trembler les filets à douze reprises. Lors du premier tiers-temps, le score était déjà de 4 buts à 1. Lors du deuxième tiers-temps, les Mauriciens prirent l’eau, encaissant sept buts en l’espace de 12 minutes. La messe était dite. Les Ivoiriens s’en donnaient à coeur joie et Maurice buvait le calice jusqu’à la lie. C’est au dernier tiers-temps que les protégés d’Eddy Rose allaient marquer le deuxième but qui ne comptera que pour des prunes puisque dans la foulée, les Éléphants allaient inscrire le dernier but de la partie, portant le score à 12-2.
Pour l’entraîneur de l’équipe mauricienne, son équipe est loin d’avoir démérité. « Nous avons donné le maximum mais en face, c’était vraiment du très costaud. Ils nous ont mis la pression d’entrée de jeu et nous ont étouffés dans le jeu. Il y avait une grosse différence de niveau et à la récupération, nous étions inéxistants. C’est le haut niveau. Nous n’avons pas à rougir de cette défaite mais nous devons continuer à travailler pour progresser. Quoi qu’il en soit, mes joueurs ont beaucoup appris de cette défaite », explique Eddy Rose. Ce dernier estime toutefois que le score aurait pu être beaucoup plus conséquent si la rencontre avait eu lieu samedi dernier comme prévu.
« Heureusement pour nous les deux arbitres principaux n’aient pas pointé le bout de leurs nez car si nous n’avions pas eu deux jours de récupération suite à notre vol, le score aurait été beaucoup plus fleuve », souligne-t-il. Maintenant la compétition terminée pour les Mauriciens, ils demeurent toutefois en pourparler avec la Mauritius Football Association (MFA) pour pouvoir participer à la COSAFA Cup de Beach-Soccer prévu du 8 au 11 avril en Afrique du Sud. « Nous nous sommes inscrits à cette compétition qui verra la participation de l’Afrique du Sud, du Mozambique, de La Réunion, des Seychelles et de Madagascar. Participer à ce tournoi serait un plus pour nous d’autant que nous affronterons des pays de la région, ce qui nous permettra de jauger notre niveau. Nous voulons progresser et pour cela, nous avons besoin de frottements », indique Eddy Rose.
À noter que La Confédération africaine de football (CAF) a annoncé mardi dernier la date du tirage au sort des groupes de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de Beach Soccer. C’est prévu pour le 5 avril prochain au Caire, en marge du tirage au sort des éliminatoires du Championnat d’Afrique (CHAN) 2016. Il faudra attendre le 29 mars prochain pour connaître tous les qualifiés pour la phase finale du Championnat d’Afrique de Beach Soccer. 6 pays ont déjà obtenu leur ticket, à savoir  Nigeria, Ghana, Madagascar, Côte d’Ivoire, Egypte et Seychelles (pays organisateur). Il reste 2 pays. Maroc ou Djibouti (1 seul match joué au Maroc le 29 mars) et Sénégal ou Mali (le 29 mars également).