Olympique depuis 1996, le beach-volley prend un nouveau virage, avec l’annonce faite par la Fédération internationale du volleyball (FIVB) de ne plus obliger les joueuses à porter le bikini. La fédération explique ce choix par une volonté de permettre à celles qui le souhaitent de pouvoir se couvrir.
Cette décision fait suite aux critiques émanant de certaines fédérations qui exprimaient, ces derniers temps, leur réticence à aligner des joueuses dans une tenue «légère». Le règlement les obligeait à porter un short d’une largeur maximale de 7cm. Désormais, les joueuses vont pouvoir porter un bermuda descendant jusqu’à trois centimètres au-dessous des genoux et même revêtir un t-shirt. «Les athlètes avaient déjà le choix – entre un maillot une-pièce et un bikini – et nous avons ajouté une possibilité afin de répondre à des motifs religieux ou culturels», a expliqué le directeur de la communication de la Fédération, Richard Baker. Il a toutefois nié que le beach-volley féminin veuille se débarrasser de son image de sport «sexy» mais qu’il voulait plutôt «séduire de nouveaux pays». «Ces nouvelles règles prennent effet immédiatement et seront donc appliquées aux Jeux de Londres», a-t-il ajouté.