Place aujourd’hui à l’une des innovations de ces 10es Jeux d’Afrique : le beach-volley. Les deux paires mauriciennes (féminines et masculines) seront en action aujourd’hui à 11h. Le duo Natacha Rigobert/Élodie Li Yuk Lo sera opposée à la République Démocratique du Congo alors que les Mauriciens David Carcasse/Pascal Ava en découdront avec l’équipe ghanéenne. La compétition se déroule selon la formule de double élimination.
Bonne mise en jambes pour Natasha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo, qui affronteront un adversaire à leurs portée aujourd’hui, en l’occurence la Guinée. Après la désignation des têtes de série hier, Maurice a été classée à la 8e place chez les dames alors que la grande favorite demeure le Nigéria, tête de série numéro 1. Tout laisse présager que Rigobert et Li Yuk Lo sont bien armées pour remporter leurs premier matches, elles qui sont des habituées du Swatch-FIVB Beach Volley World Tour contrairement aux Congolaises. « Elles sont très expérimentées et très fortes mentalement. Elles auront certainement une belle carte à jouer dans ce tournoi », nous a indiqué Reza Itoola, chef de délégation au téléphone de Maputo.
Après le RDC, la paire mauricienne affrontera la tête de série numéro 2, à savoir le Kenya. Les garçons n’auront pas la partie facile contre le Ghana, qui demeure un adversaire coriace. « Contrairement aux filles, Ava et Carcasse n’ont pas participé à beaucoup de tournois et cela pourrait jouer contre eux. Mais ils possèdent tous les deux un mental de fer et aborderont chaque rencontre avec le même sérieux », indique notre interlocuteur. Il est à noter que l’Ouganda et l’Afrique du Sud seront à surveiller en masculin, eux qui sont très réguliers dans les compétitions du World Tour, et de ce fait, très doués techniquement. Comme chez les dames, le Nigéria demeure la tête de série chez les hommes. Rappelons que le tournoi à double élimination est une compétition au cours de laquelle une équipe est éliminée lorsqu’elle a perdu deux matches. Ce type de tournoi autorise moins de surprises que lors d’un tournoi à élimination directe.
« À la fin de chaque tour, les vainqueurs poursuivent le tournoi principal comme lors d’une compétition à élimination directe. Les perdants rejoignent le tournoi secondaire et s’affrontent pour rester dans la course, une deuxième défaite étant synonyme d’élimination définitive. La finale oppose le vainqueur du tournoi principal à celui du tournoi secondaire. Si ce dernier remporte le premier match, une deuxième rencontre peut avoir lieu pour respecter le principe du tournoi et éviter au participant qui a remporté tous ses matchs de chuter avec une seule défaite », a fait savoir Reza Itoola. Les finales auront lieu ce vendredi.