Les beach-volleyeurs locaux auront du pain sur la planche à l’occasion du tournoi de qualification africain pour les Jeux du Commonwealth de 2018 en Australie du 25 au 29 octobre en Sierra Leone. C’est après les derniers entraînements du week-end, que la sélection sera constituée par les deux entraîneurs nationaux, à savoir Reza Itoola (hommes) et Pascal Ava (dames).
À noter que la présélection masculine est forte de 10 éléments à savoir Gilbert Alfred, Evans Sauteur, Akash Doobraz, Eric Louise, Kevisen Ramigadu, Cédric Béguinot, Adam Augustin, Olivier Choyen, Brondon Tanner et Yannick Paul tandis qu’en féminin, on retrouve 8 éléments que sont Angélique Ramdoss, Vanessa Chellumben, Maïta Bassy, Heidy Durhone, Rachel Christine, Stacy Armoogum, Valentine Paul et Liza Bonne. Félicia Julie, qui faisait partie des présélectionnés, a désisté, préférant se consacrer au volley-ball. « Ils seront deux paires – une en masculin et une autre en féminin à défendre les couleurs mauriciennes « , a fait ressortir Reza Itoola.
Ce dernier a par ailleurs fait ressortir que « les présélections nationales s’entraînent quatre fois par semaine en vue de cette échéance. Je dois dire qu’en ce qu’il s’agit que les garçons sont très appliqués à l’entraînement. J’ai été agréablement surpris par leurs professionnalisme. Ils en veulent, et quand on pratique un sport, c’est la clé du succès. Le niveau individuel est en hausse et ce sera difficile pour moi de dégager une paire. Bien évidemment, les joueurs choisies défendront uniquement le quadricolore national pour cette compétition. Cela ne veut pas dire que les autres n’auront pas leurs chances puisqu’il y aura d’autre échéance à venir, et d’autres occasions de se mettre en évidence », a soutenu notre interlocuteur. « Je miserai surtout sur la qualité physique surtout face à ces équipes africaines qui possèdent une véritable puissance de frappe. Ils sont d’ailleurs très forts en attaque et très agressif au service », a-t-il ajouté.
Même son de cloche, du côté de l’entraîneur national féminin, Pascal Ava. « L’Afrique a beaucoup progressé. Ce sera très difficile de tirer son épingle du jeu d’autant que seul l’équipe gagnante (hommes et dames) représentera le continent africain à ces Jeux du Commonwealth. La barre est de ce fait, très haute. Il faudra vraiment sortir le grand jeu. D’ici les derniers entraînements, je sélectionnerai la paire méritante mais ce n’est pas chose aisée car il y a beaucoup de potentiels. »Ce sera d’ailleurs, la seule sortie de ces beach-volleyeurs en attendant la Nations Cup au mois de novembre, à Maurice. Le but, à long terme, étant d’être performant pour les Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI) de 2019 sur nos terres ainsi que pour les Jeux d’Afrique qui auront lieu la même année.