L’escouade du beach-volley mauricien, en compagnie des dirigeants de l’AMVB, du président du Coji et de Roshan Rutnah, Communication and Marketing Manager au Canonnier Beachcomber Golf Resort & Spa, pose pour une photo souvenir

Le Canonnier Beachcomber Golf Resort & Spa a organisé un team building résidentiel d’un week-end, pour les présélectionnés du beach-volley dans le cadre des 10es Jeux des îles de l’Océan Indien (19 au 28 juillet), des championnats du monde en Allemagne (28 juin au 7 juillet) et de la première édition des African Beach Games qui auront lieu à Cap Vert du 14 au 23 juin. Pour cette dernière compétition, ce sont la paire Stéphanie Louise-Angelique Ramdos en féminin et Eric Louise-Ivans Sauteur en masculin, qui seront du voyage.

« Avec nos joueurs nous avons les mêmes objectifs pour les Jeux des îles, à savoir les quatre médailles d’or. Il faut noter que Maurice est vice-championne d’Afrique chez les dames, alors qu’en masculin, Maurice est neuvième au ranking CAVB. Notre préparation a débuté il y a deux ans et demie et nous misons beaucoup sur la participation aux compétitions pour nous perfectionner », rappelle Jean Michel Dedans, président de la commission de beach-volley à l’AMVB.

De son côté, le président de la fédération Fayzal Bundhun a fait ressortir que la collaboration entre l’AMVB et le Beachcomber Golf Resort & Spa est une « grande histoire d’amour ». « Le groupe Beachcomber a toujours répondu présent à notre demande depuis 1985. C’est la première fois que je vois autant de d’organisation, de préparation et d’investissement pour les Jeux des îles sachant que j’ai moi-même participé aux premiers Jeux en 1979. On a tout pour réussir avec le gros effort de toutes les instances concernées, parmi le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) et le Comité d’organisation des Jeux des îles (COJI) et ceux qui travaillent dans l’ombre », soutient-il. Et d’ajouter que l’AMVB fera une donation de flooring au MJS, à travers l’offre reçu de l’instance fédérale internationale pour le matériel de Gerfloor. « Il est rare que cela soit nous qui offrons au MJS mais c’est possible. Je remercie les joueurs qui prennent sur eux pour assister aux entraînements car nous nous sommes battus pour que le beach-volley intègre les Jeux ».
La finalité de toute cette préparation sera les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2020.
Fayzal Bundhun a également annoncé que du 5 au 14 juillet, des sparring partners seront chez nous pour peaufiner la préparation de nos beach-volleyeurs en vue des JIOI. En effet, une paire allemande et deux Autrichiens s’exerceront sur le nouveau Mon Choisy Arena où sera la pôle d’attraction de cette discipline durant les Jeux.

En attendant, Roshan Rutnah, Communication and Marketing Manager au Canonnier Beachcomber Golf Resort & Spa s’est exprimé sur l’immense plaisir du groupe d’accueillir les joueurs pour ce team building. « Nous sommes un groupe à 100 % mauricien et nous allons collaborer dans ce sens pour promouvoir le sport local. Au nom de tous les responsables et personnels, je vous souhaite bonne chance et quatre médailles d’or pour Maurice », souligne-t-il.

Quant à Jean-Pierre Sauzier, Chief Executive Officer (CEO) du COJI, il a fait ressortir que le groupe Beachcomber est un partenaire des JIOI 2019. Des sportifs seront logés au Victoria Beachcomber Resort & Spa et d’autres au Trou aux Biches Beachcomber Golf Resort & Spa. « Il y a eu beaucoup de polémiques autour de l’absence du village des Jeux mais les sportifs bénéficieront d’un confort exceptionnel avec un service de qualité. Déjà, les beach-volleyeurs ont déjà haussé le ton. Au niveau fédéral, je pense qu’il n’y a aucun souci à se faire car les joueurs sont très bien encadrés. Je vois déjà la motivation dans les yeux des participants et c’est à vous de jouer maintenant, » déclare Jean-Pierre Sauzier. Le représentant du MJS, Ram Lutchmun, présent samedi à l’hôtel, a salué le travail du directeur technique national de volley-ball, Zoran Kovačić. « Nous avons tous mis à votre disposition et nous attendons de bons résultats. Je remercie le directeur technique national, qui réalise une très bonne préparation physique et psychologique », conclut Ram Lutchmun.