Eric Louise, Gilbert Alfred , Evans Sauteur et Akash Doobraz foncent vers l'or

C’est l’occasion de marquer le coup, de ramener les premières médailles d’or d’une discipline sportive qui sera pour la première fois au programme des Jeux des îles de l’océan Indien, et ce, depuis sa création en 1979.

On se souvient qu’il y a quatre ans, lors des JIOI à La Réunion, un tournoi de beach-volley avait été organisé en amont sur la plage de Boucan Canot. Puis aux Seychelles a eu lieu le tournoi qualificatif dans le cadre de la Continental Cup ainsi que l’organisation de la Nations Cup l’année suivante. L’équipe Mauricienne n’a par ailleurs pas chômé dans cette discipline. En effet, en 2011, les paires Natacha Rigobert-Élodie Li Yuk Lo et Prisca Seerunghen-Marjorie Nadal avaient pris part à un tournoi qualificatif en Afrique afin de progresser vers une qualification pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012. C’est finalement la paire Rigobert-Li Yuk qui se qualifiera pour les Olympiades.

D’ailleurs, ces dernières ont placé le beach-volley sur la carte mondiale. C’est grâce à elles que Maurice a franchi un palier. Les Nathalie Létendrie, Liza Bonne, Angélique Ramdoss et Maïta Bassy, sélectionnés pour l’événement, perpétuent le cycle. Chez les messieurs, ce sont Gilbert Alfred, Akash Doobraz, Evans Sauteur et Éric Louise qui auront la lourde responsabilité de faire flotter très haut le quadricolore. Car, disons-le, Maurice n’a jamais caché ses ambitions de glaner les quatre médailles d’or en jeu.

Symbolique

Les locaux ont d’ailleurs enchaîné les compétitions cette année, avec les protégées de Pascal Ava qui avaient obtenu leurs qualifications pour les Mondiaux en Allemagne. Elles avaient, pour rappel, été finaliste de la Coupe d’Afrique des Nations au Nigeria. Même si l’expérience n’a pas été concluante en Allemagne (le niveau étant trop relevé), les joueuses ont gagné en expérience. Qui plus est, avec l’apport de sparring-partners venus donner un coup de main cette semaine, tout laisse présager que les beach-volleyeurs seront en pleine possession de leurs moyens le jour J.

« Nous ne visons ni plus ni moins que la médaille d’or. C’est notre but ultime. Pour ma part, je compte tout faire pour monter sur la plus haute marche du podium », avait indiqué dans un passé pas si lointain l’un des fidèles lieutenants de l’équipe, Éric Louise. Gilbert Alfred abonde dans le même sens. « Je veux laisser mon empreinte sur les JIOI. C’est la première fois que le beach-volley est au programme des Jeux et je veux remporter avec mon coéquipier, cette médaille d’or symbolique, pour entrer dans les annales du sport local. Je suis un compétiteur et j’ai envie d’apporter ma pierre à l’édifice. ».

Pour Liza Bonne, la fierté est palpable. « C’est une belle récompense, une énorme fierté. J’ai eu l’occasion de défendre le quadricolore il y a quatre ans en volley-ball pour les JIOI à La Réunion. Ce fut une expérience enrichissante. Maintenant plus aguerrie, mon objectif est de ramener l’or, d’autant que c’est la première fois que le beach-volley est au programme. Ce serait symbolique et nous nous entraînons d’arrache-pied pour y parvenir. Nous faisons beaucoup de sacrifices », avait-elle avoué à Week-End.

L’entraineur Pascal Ava entouré des vice-championnes d’Afrique, Liza Bonne et Nathalie Létendrie

Progression au classement africain
Qui plus est, un nouveau classement a été établi lors de la semaine écoulée par la Confédération africaine de volley-ball (CAVB) à l’issue des African Beach Games tenus au Cap-Vert le mois dernier. L’équipe nationale féminine a gagné deux rangs pour maintenant se retrouver à la deuxième place avec 2430 unités, la première position étant occupée par le Nigeria, qui en compte 2565. Le Maroc complète le podium avec 2340 pts. Chez les messieurs, la bande à Reza Itoola se retrouve désormais 7e, gagnant aussi deux rangs avec un total à 1945 points.

Ce classement porte la griffe du Mozambique (3345 pts), qui demeure le leader. À noter que ces classements seront pris en considération lors de l’allocation des poules pour les Jeux d’Afrique au Maroc au mois d’août. Pour rappel, Maurice était représenté par Éric Louise et Evans Sauteur, Stéphanie Louise et Angélique Ramdoss, qui avaient terminé 9e et 6e lors de la première édition des African Beach Games.

Les beach-volleyeurs peaufinent leur préparation dans l’arène de Mon Choisy sous la férule du technicien autrichien Johann Huber, de 9h à 17h. Les Mauriciens effectuent leur séance avec les paires Katharina Mayr-Birgit Schottl et Jackob Osterreuch-Simon Baldauf. Ces internationaux seront au pays jusqu’au 16 courant. Les paires mauriciennes en action dans le nord de l’île auront l’occasion d’écrire une belle page du sport mauricien. Le soutien du public sera un atout indélébile. « Venez en grand nombre sur la plage de Mon Choisy. Nous avons besoin de votre soutien. Nous voulons faire honneur au quadricolore. C’est notre objectif principal », a souligné le groupe. »

Gilbert Alfred et Evans Sauteur face aux sparing partners autrichiens à Mont Choisy

La sélection
Hommes : Gilbert Alfred-Akash Doobraz et Éric Louise-Evans Sauteur
Réserviste : Cédric Béguinot
Dames : Liza Bonne-Nathalie Létendrie et Angélique Ramdoss-Maïta Bassy
Réserviste : Stéphanie Louise

Le programme
Première journée
Samedi 20 juillet
Mon Choisy Beach Volley Arena
9h : Comores 1 vs Maldives 2 (H), Comores 2 vs Maldives 1 (H), Seychelles 1 vs Reunion 2 (H), Seychelles 2 vs Reunion 1 (H)
13 h 30 : Seychelles 2 vs Reunion 1 (D), Seychelles 1 vs Réunion 2 (D)
14 h 30 : Maldives 1 vs Reunion 2 (H), Maldives 2 vs Reunion 1 (H), Maurice 2 vs Comores 1 (H), Maurice 1 vs Comores 2 (H)