Six équipes africaines sont à la lutte depuis ce matin sur les terrains de l’hôtel Villas Caroline à Flic-en-Flac pour l’unique visa qualificatif en beach volley masculin dans le cadre des Jeux Olympiques de Londres.
Cette échéance continentale, dont les lauréats seront connus dimanche après-midi, a débuté aujourd’hui avec deux quarts de finale, soit Maurice/Congo Brazzaville et Angola/Égypte. Les vainqueurs rejoindront l’Afrique du Sud et le Nigeria respectivement en demi-finales demain.
Le tirage au sort a donc été établi eu égard du classement africain de ces six équipes présentes. De ce fait, l’Afrique du Sud, dont les représentants Freedom Chiya et Grant Goldschitt avaient décroché l’or aux derniers Jeux d’Afrique, et l’Angola ont bénéficié d’un bye lors de ces quarts de finale. Et ce, suite au désistement de l’Algérie et du Maroc.
Le tirage a été également clément pour les paires mauriciennes Nicolas Laurette-Stéphane Moonisamy et Éric Louise-Gino Sophie, qui trouveront sur leur chemin des Congolais qui s’annoncent largement à leur portée. Surtout si on se fie au score de 4-0 réalisé lors du tournoi qualificatif tenu à Pointe-Noire au Congo Brazzaville en faveur d’une sélection mauricienne où Stéphane Moonisamy demeure le seul rescapé.
Présent en tant que chef de délégation, Jean-Michel Dedans, secrétaire de l’Association mauricienne de volley-ball, croit dur comme fer que les paires mauriciennes passeront le cap. « À Pointe Noire, les rencontres étaient à sens unique. Ce qui porte à croire que le coup est de nouveau largement jouable. Cette fois, nous aurons deux paires encore plus homogènes qui possèdent plus de 40 matches dans les jambes. »
De son côté, Hubert Packa, responsable de la délégation congolaise, demeure conscient que la tâche sera ardue pour les siens. « Nous sommes encore au stage d’apprentissage, car cette discipline n’a été lancée que depuis une année chez nous. Cette participation nous permettra d’apprendre davantage. » Il est à noter que les couleurs du Congo Brazzaville seront défendues par les paires Ben Nagavoua- Mathurin Mendembo et Ivan Ngotini-Marius Trésor Ambiero.
Si les paires mauriciennes passent ce premier cap aujourd’hui, elles se retrouveront face à une tout autre paire de manches demain, soit l’Afrique du Sud, désignée par les spécialistes comme la favorite de la compétition. L’entraîneur Gershon Rorich, qui était en action aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 avec Colin Pocock comme coéquipier et une méritoire neuvième place à l’arrivée, ne veut toutefois pas mettre de la pression sur ses protégés.
« On n’aime pas tellement ce rôle de favori, car il faut respecter toutes les autres équipes. Néanmoins, nous avons connu une préparation adéquate, avec plus de six mois d’entraînement intense. Les joueurs possèdent la forme voulue pour viser la qualification. » Outre les médaillés d’or, l’Afrique du Sud pourra également compter sur le potentiel de Lee Williams et Jérôme Fredericks.
L’adversaire le plus sérieux des Sud-Africains devrait être l’Angola, dont les représentants, à savoir les frères Sequeira (Marcio et Eden), s’étaient retrouvés sur la deuxième marche du podium aux derniers Jeux d’Afrique. Morais Abreu, qui fera de son côté équipe avec Mario Silva, est avide de renverser cette fois la vapeur.
« Les six équipes présentes sont toutes ambitieuses, mais nous ferons tout pour décrocher la qualification. Les équipes à surveiller seront l’Afrique du Sud, qui possède une belle culture de beach, et l’Égypte, qui sait se montrer performante dans les grandes occasions. » Son seul regret demeure de n’avoir pas pu bénéficier d’un stage à Lisbonne, du fait que ses coéquipiers et lui n’avaient pu se libérer de leurs obligations professionnelles.
Si le vainqueur de la compétition se retrouvera à Londres en juillet prochain, les deuxième et troisième auront comme consolation une participation à la Coupe du Monde en Italie. Il est à noter que cette compétition continentale sera agrémentée de matches exhibition mettant aux prises les Mauriciennes Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo à des paires brésiliennes. Ces dernières se situent parmi les quinze premières du circuit brésilien.
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Maurice-Congo: une victoire et une défaite
Les premiers jeux ont été échangés, ce matin à Villas Caroline, à Flic-en-Flac. Ce que l’on retient de cette matinée, c’est l’entrée en matière ratée de la paire mauricienne Éric Louise-Gino Sophie. Par contre, l’Égypte a bien débuté sa campagne.
Le duo mauricien a bien bataillé contre les représentants du Congo-Brazzaville, mais s’est finalement incliné au golden set. Contre la paire Ben Nagavoua-Mathurin Mendembo, le tandem Louise-Sophie a bien opposé une résistance dès le premier set. Mais ils se sont inclinés 24-22. Au deuxième, ils allument les contre-feux et s’imposent 21-17. On se dirige vers le golden set, et les Congolais s’avèrent les plus forts, avec un score de 15-11.
Dans l’autre match de la matinée, l’Égypte a aussi dû avoir recours au golden set pour se défaire de l’Angola. Ce sont pourtant les Angolais qui seront les plus réalistes au premier set, disposant des Égyptiens sur le score de 21-11. Au deuxième, c’est au tour des Égyptiens de montrer les dents, bien qu’ils aient été inquiétés par les Angolais (22-20). Au golden set, les Égyptiens seront plus forts, s’imposant 15-13. La compétition a continué dans le courant de la journée.