« Ala li ale ! » Depuis la semaine dernière, les courses hippiques ont repris. Pour les femmes, c’est l’occasion d’une nouvelle garde-robe : le chapeau, les robes, les accessoires… Un nouveau style se met en place. Les concours de saris et de chapeaux s’annoncent serrés ! Pour vous parler de ces événements vestimentaires, nous avons rencontré Béatrice Buttié, une jeune femme passionnée par l’univers des courses. Elle nous fait part du dress code ainsi que des astuces à adopter pour être au top lorsque vous franchissez la porte du Champ-de-Mars.
Béatrice Buttié, 20 ans, est actuellement étudiante en sciences politiques au Lycée La Bourdonnais. Depuis son plus jeune âge, elle a toujours eu un faible pour les chevaux, la Zumba, les photos… et le shopping ! « Entre mes études, ma passion pour les chevaux et ma famille, il est difficile de trouver le temps pour le shopping. Pendant la semaine je porte souvent des jeans, des t-shirts, des jupes et des ballerines. Cependant, quand il s’agit d’aller au Champ-de-Mars, je me fais un plaisir de trouver une tenue digne de ce nom. Je suis dans le milieu des courses depuis quelques années déjà par le biais de mes parents qui m’ont transmis cette passion et par le fait que j’adore être au contact des chevaux », nous explique la belle jeune femme.
Outre le contact avec les chevaux, elle nous explique aussi que les courses sont une bonne façon de créer des liens avec les filles du Champ-de-Mars. « Mes copines et moi nous nous appelons toujours la veille des courses pour savoir quelle sera notre tenue. Les courses c’est une passion : il y a l’exaltation de la foule qui crée une ambiance unique, mais j’aime aussi le côté glamour que l’on peut voir là-bas. Quand nos chevaux courent, je vais les encourager et je fais honneur à notre casaque avec une petite touche de bleu pour être assortie. Personnellement je trouve toujours le temps de trouver une tenue spéciale à chaque journée », poursuit-elle.
« Je porte toujours des robes, la tenue féminine par excellence. Je cherche des robes adaptées à ma morphologie puis je cherche des accessoires assortis. Ils ne sont pas toujours nécessaires si la robe a déjà beaucoup de caractère. Je privilégie donc les robes bustiers avec un bas plus évasé. Je n’ai pas de préférences pour les couleurs de robes mais j’évite le noir, le marron et toutes les couleurs sombres. J’évite aussi les pailletés en plein jour. On préfère donc les couleurs vives ou pastel ».
Les chaussures aussi sont un point important quand on est fan de mode. Béatrice nous donne un conseil : « Pour les chaussures, l’astuce si on ne veut pas porter de talons toute la journée c’est la robe longue. Mais si je porte ma robe à la hauteur du genou je fais l’effort d’en porter », dit-elle.
Une tenue parfaite n’en serait pas une sans un peu de maquillage. Côté make-up, la jeune femme précise : « Pas trop de maquillage au Champ-de-Mars, il fait chaud ! Je porte un fond de teint, un blush, du fard à paupières discret, du eye-liner, et pour finir une touche de gloss ».
« Pour ce qui concerne la coiffure, le brushing est recommandé ou alors un joli chignon », nous explique encore Béatrice. « Il y a un code vestimentaire à respecter pour les hommes, mais pour les femmes, le simple fait d’être chic suffit. On voit certaines en sari, d’autres en pantalons, certaines en jupe et chemisier. Cependant pour les journées importantes comme le Maiden, Le Barbé, La Coupe d’or, les femmes font davantage attention à mettre leurs plus jolies robes et sortent le grand jeu », ajoute notre passionnée de mode.
« Je me fais ma collection petit à petit et aujourd’hui je sais que je peux trouver au moins un accessoire pour cheveux qui sera assorti à ma tenue du samedi. Si je ne porte pas de chapeau, je porte un fascinator. Lors des grandes journées, les internationales par exemple, je me prépare toujours pour participer aux concours de chapeaux avec une robe, des gants, le fascinator ou le chapeau et l’éventail. C’est un must et un plaisir de se préparer pour ce genre d’événement. Malheureusement à Maurice il est difficile de trouver un chapeau, les filles se dirigent donc vers les fascinators ».