La ministre de la Sécurité sociale, de la Solidarité nationale et des Institutions réformatrices Leela Devi Dookun-Luchoomun a annoncé hier le lancement samedi d’un Attendance Centre au Probation and Aftercare Service à Beau-Bassin et courant juillet d’un service communautaire. Le but est de privilégier la réinsertion des mineurs et des personnes sous surveillance policière à travers de nouvelles techniques pédagogiques.
L’Attendance Centre permettra aux personnes sous surveillance policière de bénéficier du Pro-Social Skills Training en vue de faciliter leur réinsertion. D’une durée de six mois, ce programme comprend une série de modules visant à développer leurs social skills. Divisés en deux groupes (adultes et mineurs) et selon leurs délits et problèmes (drogue, colère…), les participants seront suivis par des Probation Officers. Cette nouvelle structure découle de l’amendement de la Probation of Offenders Act.
« Avan bann Probation Officers ti pe deplase kot bann coupab sous surveillance policière pou aide zot dan zot reintegrasyon », affirme Leela Devi Dookun-Luchoomun. Elle explique que « l’Attendance Centre a pour objectif de regrouper régulièrement toutes les personnes sous surveillance pour travailler sur leurs failles ».
Afin de promouvoir la sécurité, la ministre de tutelle a annoncé la création en juillet d’un service communautaire. Son but sera « d’éviter la prison aux mineurs ». Avec l’amendement de la Community Service Order Act, le ministère vise ainsi les coupables passibles d’une amende de Rs 25 000 avec une peine ne dépassant pas deux ans de prison.
« Dan minister nou envi evit sa bann dimoune la rentr dan milie carceral, nou envi fer zot travay lor zot comporteman ek aprann travay an ekip », soutient Mme Dookun-Luchoomun. « O lie fer enn travay tousel, zot pou travay en groupe de six dimounn ek zot pou ed dan lamenazman bann lespas ver. Leur contribution est importante dans le développement infrastructurel du pays. Se enn Win-Win situation parski zot pe pey zot dette envers la sosiete ek nou pou fer enn lekonomi, sirtou pou l’Etat parski nou kone komie gouvernman pe peye dan milie carceral. »
La ministre a aussi soutenu que « si enn zenn finn komet enn deli, li pou pey so dett a la sosiete apre so bann ler lekol. Li pou ress dan so milie familial ek pena risk li expose a bann fleo ki prezan dan bann prison. Pou enn per de fami, li pou kapav fer li pendan week-end kouma li sir li napa pou perdi so plass travay. En mem tan, bann contribuab trouv bann coupab pe pey zot dette a la sosiete. Se enn manyer pli himin tret bann dimounn ki finn komet bann deli. » Elle a aussi rappelé que plusieurs conférences sur le Aftercare Service ont été organisées dans plusieurs établissements scolaires du pays. « 166 conférences sur le rôle et la responsabilité de l’élève ont eu lieu pendant le premier trimestre dans 44 institutions, incluant les écoles primaires. Les fléaux qui les touchent ont aussi été évoqués », dit-elle.