C’est dans une salle pleine de fervents militants s’harmonisant au son de la ravanne que le MMM a démarré hier soir, au Centre Alex Vellin (Beau-Bassin), sa campagne électorale dans les Villes-Soeurs. Rajesh Bhagwan, président du parti, note un « MMM revival » tandis que Paul Bérenger se dit « convaincu » que ces élections sont l’occasion d’un « rebondissement » pour le parti après les « secousses » de ces quatre derniers mois. Selon tous les orateurs d’hier soir, le « MMM remportera les 24 sièges à Beau–Bassin/Rose–Hill ». Ils ont toutefois mis en garde les militants contre l’abstention des électeurs. « Bann-la pou gagn enn rakle. Nou adverser an verite se labstansyon. Fode fer dimoun al vote », a insisté le leader des mauves.
Les dirigeants de l’Alliance Lepep, précisément Pravind Jugnauth, Yvan Collendavelloo et Xavier-Luc Duval, ainsi que Alan Ganoo (porte-parole du Mouvement Patriotique) ont été la cible de tous les intervenants du MMM hier soir à Beau-Bassin lors du lancement de la campagne du MMM à Beau-Bassin/Rose-Hill. Selon Ajay Guness, secrétaire général du parti, qui donnait la réplique à Pravind Jugnauth au sujet du financement des partis, « c’est le MSM qui a fait échouer l’objectif de deux comités » – l’un sur le financement des partis et l’autre sur la réforme électorale – « qui avaient été institués alors que le MMM et le MSM étaient au pouvoir » en 2000-05. « Pravind Jugnauth Li finn torpiy sa de komite la, pa finn amen lalwa dan parlman e azordi li pe deklar li sinior, kestion finansman parti politik e li pe demande ki sann-la ki pe finans nou kanpagn ». D’après Ajay Gunness, le MMM ne serait pas comme le MSM et souligne notamment que son parti aurait ses propres comptes à la banque et que « nou roul lor overdrafts se nou bann mambr ki kontribiye ». Ajay Guness a assuré aux militants présents hier qu’il n’y a aucun contact entre le MMM et le PTr dans ces élections. Il a relevé que les 120 candidats mauves sont tous du sérail des mauves. Toutefois, le secrétaire général du MMM a ajouté que des sympathisants travaillistes se tournent d’eux-mêmes depuis peu vers le MMM, ajoutant que le parti les « accueille à bras ouverts ».
Paul Bérenger a souligné, quant à lui, que ces élections, quoique régionales, auront une « dimension nationale ». Il a dépeint les « multiples critiques au sein de la population » concernant la performance du gouvernement et aussi les scandales qui font l’actualité depuis plusieurs semaines. « Apre 5 mwa ki Lalians Lepep au pouvwar, dimoun inn degoute gouvernman. Ramgoolam inn pran 9 banane pou fane, zot pe fer pir an 5 mois », a lancé Paul Bérenger.
Le leader du MMM a rappelé que Xavier-Luc Duval a fait partie du gouvernement dirigé par Navin Ramgoolam. « Le PMSD est d’ailleurs resté aux côtés du PTr de 2005 à juin 2014. » De ce fait, Paul Bérenger a incriminé le leader des bleus, estimant que XLD avait sa part de responsabilités dans certains scandales connus à ce jour. « Depi 2005 ziska 2014, li finn soutenir Ramgoolam. Li finn soutenir tou pese dirizan rouz », a encore souligné Paul Bérenger.
Rajesh Bhagwan a, lui, averti que des conseillers de certains ministres participeraient à la campagne électorale en utilisant les voitures de l’État, affirmant  qu’il y aurait « des preuves à ce sujet ». Rajesh Bhagwan a prévenu les personnes concernées qu’il « reviendra à la charge, en temps et lieu ».
Les autres intervenants – à savoir Philippe Boudou (maire sortant), Toussaint André (maire en 2013) et Deven Nagalingum (ancien maire et ancien député de Rose-Hill) – ont pour leur part mis en avant le bilan du MMM de ces deux dernières années à la municipalité de Beau-Bassin-Rose-Hill. Ils ont cité tous les projets réalisés dans les quartiers de la ville et relevé les problèmes de comportements de certains conseillers pendant les séances du Conseil municipal alors que la ville était sous le contrôle de PTr et du PMSD, de 2005 à 2012.
L’enthousiasme débordant des partisans mauves à l’arrivée du leader du MMM contrastait avec le ton sobre qui avait prévalu lors de la journée du dépôt de candidatures. «Pou ena bate toufe kan kas bwat », a déclaré Rajesh Bhagwan.