L’une des principales retombées du rassemblement du 1er-Mai à Beau-Bassin hier est la détermination et la volonté affichées par les dirigeants des blocs politico-syndicaux pour un regroupement massif de la gauche en se reposant sur une seule organisation en vue de rompre avec les partis politiques traditionnels. Se basant sur les propos du syndicaliste Serge Jauffret, une grève semble inévitable dans l’industrie sucrière, où les représentants des ouvriers se livrent à une véritable bataille avec la Mauritius Sugar Producers Association concernant la négociation collective.
Dernier orateur intervenant hier lors du rassemblement des travailleurs à Beau-Bassin, Jack Bizlall a clairement fait comprendre aux syndicalistes engagés dans les nombreux secteurs que l’unité est primordiale en vue de changer la société. « Tan ki ou penser ki ou lorganisasyon pass avan tou, li na pa pou debouss lor seki ou pe souhaiter pli divan. Ou na pa pou debouss lor nanié. Sinon reconstruir ou kuma enn parti politik ek ou gagn mem resilta ki Ptr ek MMM. Ek dan ou rang ou gagn bann opportunist », a fait ressortir le syndicaliste.
Jack Bizlall a enchaîné en expliquant qu’il a vu « naître » le MMM, qu’il a contribué à faire grandir le parti et que désormais il ne faut pas commettre à nouveau les erreurs du passé : « Monn finn enn militant MMM. Monn truv li né divan mwa. Monn pran ti baba-la monn amenn mo kontribisyon pou ki sa ti baba-la vinn enn monstre zordi. Nou pa gagn droi repet les erreurs de listoir ek recréer enn monstre. »
Le syndicaliste a aussi indiqué que ce n’est pas une lutte syndicale en solo qui améliorera le sort de la classe ouvrière. Selon lui l’heure est au rassemblement dans la conjoncture. « Kan rassembler ou kréer enn riptir. Ou kréer enn riptir avek MSM, MMM ek Ptr. Riptir ek rassemblement li ale de pair pou enn nouvelle republik ek nouvo konstitusyon ».
L’homme de loi Dev Ramano s’est pour sa part appesanti sur le fondement même du rassemblement du 1er-Mai, faisant comprendre clairement qu’une telle rencontre une fois par an est loin d’être suffisante. « Komie tan nou pou ale avek sa premier mai, enn fois par banané nou zoinn. Se enn linite de fasade parski li enn linite zis le premier mai. Ki ou fer 364 jours lot koté ? » s’est-il interrogé. Il a lancé un appel afin que les mouvements tels Azir Moris, Rezistans ek Alternativ, les syndicalistes et le Muvman Premye Mé réunissent leur forces pour créer un nouveau dynamisme vers une nouvelle organisation.
« Seki bizin ena se ale ver enn mouvma larz, enn mouvma pluralist ek democratik. Kifer nou pa dan enn sel lorganisasyon, lerla nou guetter kuma Vacoas ek Port-Louis trembler. Arett bez are zess tou le lané vinn bobassin apré sakenn so koté. Bizin enn lorganisasyon pou ki kapav insuffler enn dynamism pou amen enn vrai riptir ek fer fas a ladversaire », a fait ressortir Dev Ramano.
Le syndicaliste Ashok Subron a abondé dans le même sens, affirmant qu’il y a cette nécessité grandissante pour un regroupement des différentes forces de frappe. « Terme nou rasemblema dan bobasin se la ruptir. Ena enn necessite pou tou bann travayer le port, industrie sukrier, travayer ki pe souffer privatisasyon, peser, planter pou regrouper ensam pou amenn la riptir avek sa bann formation politik tradisyonnel. Nou bizin amenn la riptir avek sa deux blok-la parski se ki pe vini tro grav », a-t-il expliqué avant d’affirmer que l’unité centrale est primordiale dans le combat en faveur des travailleurs.
Ashok Subron est également revenu sur les deux procès qui ont été logés en Cour suprême en vue d’éliminer le communalisme dans le système électoral : « Au fur et à mesure ki sa case-la deroule dan la cour, nou bann kamarad ki ici nou bizin na pas zis kozer, pa zis fer tapaz plis ki nou kamarad, me ki nou ena kouraz pour azir… ».
Prenant la parole un peu plus tôt, Serge Jauffret, syndicaliste engagé dans l’industrie sucrière, a laissé comprendre qu’une grève générale se dessine à l’horizon dans le secteur à l’ouverture de la coupe. Les relations patronat-syndicats ne sont pas au beau fixe dans l’industrie sucrière avec la Mauritius Sugar Producers Association (MSPA) qui a fait comprendre qu’elle met un terme au Procedural Agreement existant avec les syndicats et que de facto les négociations collectives à venir devront désormais se tenir au niveau des compagnies sucrières et non de l’industrie.
Atma Shanto, qui a présidé le rassemblement du 1er-Mai à Beau-Bassin, n’a pas manqué d’égratigner le ministre du Travail sur les sujets de discorde tels que son dîner à l’hôtel St-Géran et les salient features des amendements aux deux lois du travail : l’Employment Rights Act et l’Employment Relations Act.