Les responsables du Ptr/PMSD le savent, Stanley est le fief du leader du MMM, tout comme Beau-Bassin/Rose-Hill est perçue comme acquise aux mauves. D’où le forcing effectué cette semaine, pour que les électeurs soient présents en grand nombre à la réunion tenue à Bar Chacha, lieu symbolique s’il en est.
Lors de cette importante réunion nocturne, le Premier ministre Navin Ramgoolam en a surpris plus d’un en dansant le séga pendant de longues minutes, notamment avec la chanteuse et animatrice Linzy Bacbotte.
Chaleureusement accueilli à son arrivée, le chef du gouvernement n’a pas fait de cadeau à Paul Bérenger et sir Anerood Jugnauth, les leaders du Remake 2000, en insistant sur les critiques faites par l’un à l’encontre de l’autre et vice versa. C’est aussi lors de cette sortie que
Navin Ramgoolam a évoqué les « huit rencontres », selon lui, du leader du FSM Cehl Meeah avec Paul Bérenger et sir Anerood Jugnauth, en lien avec les allégations du premier nommé à l’encontre du ministre Hervé Aimée, en lien avec l’affaire Gros Dereck et le transfert de Rs 25 millions d’une banque. « Li dir mwa ki li finn rankont Bérenger 8 fwa e ki Bérenger finn dir li al zwenn Anerood Jugnauth ». Navin Ramgoolam a demandé aux citadins de faire confiance dimanche prochain aux candidats de l’alliance Ptr/PMSD. « Vous n’avez qu’un seul choix, c’est entre la modernité et le passéisme », dit-il.
Pour sa part, l’alliance MMM/MSM avait choisi de lancer sa campagne à Beau-Bassin/Rose-Hill le vendredi 16 novembre, l’occasion pour Paul Bérenger de dire sa compréhension du sentiment de déception parmi les « militants méritants » qui ne seraient pas candidats. Parlant des difficultés rencontrées dans la préparation de la liste des candidats, il devait qualifier de « loi bancale » les nouvelles dispositions élctorales. « Li pa fasil bizin fer dozaz ». Le leader du MMM a fait appel au soutien de ceux laissés sur la touche durant cette campagne. Les divers orateurs, sir Anerood Jugnauth et Showkutally Soodhun pour le MSM, Lysie Ribot, Kee Chong Lee Kwong Wing, Franco Quirin, Rajesh Bhagwan et Paul Bérenger pour le MMM, ont dit leur détermination à reprendre le contrôle des cinq municipalités, mais avant tout celle de Beau-Bassin/Rose-Hill, gérée par les militants pendant trente années consécutives jusqu’à 2005.
Autre fait marquant de cette campagne du côté des mauves et oranges, la conférence de presse tenue dans le kiosque à l’arrière du Plaza, comme pour souligner l’incapacité de l’administration Ptr/PMSD à prendre les décisions qui s’imposent pour sauver ce théâtre historique.
Toutefois, tout au long de cette intense campagne électorale, ni les candidats du Remake 2000 ni ceux de l’alliance Ptr/PMSD n’ont pipé mot sur ce qu’ils comptent faire pour solutionner le problème des marchands ambulants, récurrent à Beau-Bassin/Rose-Hill, plus particulièrement en cette période. Cette thématique ne figure pas non plus sur les programmes électoraux des deux principaux blocs politiques à Beau-Bassin/Rose-Hill. Or, nombre d’observateurs reconnaissent que ce dossier brûlant sera la première priorité de l’équipe qui prendra le contrôle des villes soeurs. Seul le leader du MMM Paul Bérenger, à Bar Chacha, a survolé la question en lançant « Marsan ambulan ek association commersan pas tracasse ! Nou ena solisyon », sans donner de plus amples indications.
Pour leur part, les habitants des villes soeurs ne réclament pas du prochain conseil, qui prendra place la semaine prochaine, la réalisation de projets « extravagants ». Dans tous les quartiers de Beau-Bassin et de Rose-Hill, la priorité des citadins est la même : un service régulier et satisfaisant de voirie, l’asphaltage et l’éclairage des routes. L’autre souhait des citadins : la sécurité et une nouvelle allure pour le centre-ville.
Les citadins reconnaissent que le bâtiment du Plaza et celui du marché de Rose-Hill méritent une attention immédiate mais citent le service de voirie en premier lorsqu’on leur demande de hiérarchiser leurs priorités. « On ne veut pas que la municipalité dépense de l’argent dans des projets inutiles. Ce que nous souhaitons avant tout c’est que les conseillers veillent à ce que les éboueurs ramassent nos ordures au moins une fois par semaine ; ce service doit être régulier », insiste une habitante de la région du centre de Beau-Bassin. Le souhait est similaire ailleurs. Ils sont aussi nombreux les citadins interrogés durant la semaine écoulée à déplorer l’environnement peu attrayant du centre ville de Rose-Hill en termes de propreté, de sécurité et d’activités. À ce sujet ils s’attendent à ce que le nouveau conseil municipal fasse preuve d’imagination pour donner un nouveau dynamisme au centre ville. « Mon petit commerce existe depuis plusieurs décennies et je suis triste de dire que la ville est morte. Bizin enn bon doz limazinasion e kreativite pou relans lavil », dit Louis, 80 ans, qui a décidé de mettre la clé sous le paillasson début janvier prochain parce que les affaires ne marchent plus.
Des employés de la municipalité expriment également leurs attentes tout en reconnaissant qu’ils ne sont que des « exécutants » de la politique du conseil. Quelques membres du personnel souhaitent que les nouveaux conseillers maîtrisent très vite la nouvelle loi régissant les collectivités locales ainsi que les standing orders par rapport au déroulement des réunions du conseil. « Nous ne sommes pas là pour faire la leçon à qui que ce soit mais de par notre expérience nous constatons qu’il y a meilleure compréhension quand les conseillers et les fonctionnaires connaissent les paramètres dans lesquels chacun doit travailler », dit un cadre.