Dès aujourd’hui, le MMM/MSM se prépare aux affaires à la municipalité de Bassin/Rose-Hill. En effet, l’équipe, menée par le Campaign Manager, Rajesh Bhagwan, a raflé les 18 sièges. Déjà à 11 h, toutes les indications dans les six arrondissements tendaient vers un retour du Remake 2000 au conseil municipal, après sept ans d’absence. À la mi-journée, c’était la grande liesse dans les artères principales de la ville. Dans un grand défilé, les partisans du Remake 2000 se dirigeaient vers le Plaza pour célébrer la victoire. Le Campaign Manager du Ptr/PMSD, le ministre Deva Virahsawmy, visiblement très déçu de ce score sans appel, est resté néanmoins au centre de dépouillement de l’école Philippe Rivalland RCA pour le Ward V jusqu’à la proclamation des résultats.
Vers 11 h, la cour des différents centres de dépouillement commençait déjà à se remplir avec les partisans du MMM/MSM tandis que ceux des rouges et bleus s’éclipsaient. Le rendez-vous des mauve/orange était donné dans la cour du Plaza pour laisser éclater la joie des partisans dans une belle ambiance. Cela a d’ailleurs provoqué un embouteillage conséquent dans les artères des périphériques menant au centre ville. Les premiers résultats officiels, proclamés dans le Ward V vers 10 h , confirmaient l’avance du MMM/MSM sur l’alliance gouvernementale : sur 2 000 bulletins dépouillés, le bloc MMM/MSM se trouvait en bonne position avec un écart de 500 voix entre le 3e candidat du MMM/MSM et le 4e du bloc adverse qui avait recueilli le plus de votes. Dans le Ward VI, l’avance est également confortable pour l’opposition. « L’électorat a donné un grand coup de balai au conseil sortant. J’avais prédit à la fermeture des bureaux de vote que nous nous dirigeons vers un 18-0 et c’est effectivement une victoire sans appel. […] », déclarait déjà Rajesh Bhagwan avec une belle assurance, après le premier pointage dans tous les centres. C’est aussi selon lui une « marque de confiance » des citadins au Remake 2000.
Dans l’arrondissement N° 4, des premiers résultats partiels à 9 h 45, sur 1 400 bulletins dépouillés, les trois candidats MMM/MSM étaient largement en tête recueillant une moyenne de plus de 65 % des votes, dominant largement les candidats du Ptr/PMSD. André Louis Toussaint, un vieux routier des conseils municipaux, arrive en tête avec 960 votes (68,57 % des votes). L’ancien maire Daniel Émilien enregistrait le meilleur score pour le Ptr/PMSD avec 434 voix. Le ministre Tassarajen Pillay Chedumbrum, qui a travaillé ardemment pour l’alliance gouvernementale au Ward IV, a avoué au Mauricien que la campagne dans cet arrondissement avait été difficile pour son équipe. Le candidat mauve/orange Gaëtan Arokium ne se faisait, lui, dès le départ, aucun doute quant à la victoire. Pour sa part, le candidat Patrick Cavalot, un ancien MMM mais qui s’est présenté sous la bannière Ptr/PMSD, a déclaré que son équipe agira « comme des chiens de garde, avec une barrière de fer ! »
Bien avant la proclamation des résultats finaux dans le Ward 3, la majorité d’activistes du Ptr avait déjà déserté l’école, à l’exception du ministre Cader Sayed Hossen. Avant de s’en aller il a félicité les élus du bloc adverse. Toutefois, il y a eu un léger accrochage verbal entre des activistes rouges et des partisans du MMM/MSM ; la police est intervenue pour calmer les esprits. À l’école Nuckchaddy GS de Trèfles les perdants du côté Ptr/PMSD ne cachaient pas leur déception.