Niché entre Mahébourg et son cachet historique et le symbole du voyage qu’est Plaisance, Beau Vallon n’a rien à envier à ses voisins et à leur notoriété. Désormais doté d’un grand shopping mall qui en fait un lieu de plus en plus fréquenté, le village se distingue par son histoire autour de la canne à sucre. Sa propriété sucrière et son ancien moulin font toujours partie du paysage. Un mélange de rustique et de modernité, symbolisés par les habitations du village.

Alors que les avions décollent et atterrissent à l’aéroport de Plaisance, la vie suit son cours dans le village de Beau Vallon, situé à quelques centaines de mètres. Le visiteur est accueilli par un soleil de plomb et une allée formée de flamboyants et d’autres arbres, actuellement en fleurs. C’est le véritable symbole de la région, très prisé par ceux qui veulent se prendre en photo dans un cadre magnifique.

Le tout nouveau Bo’Valon Shopping Mall participe à la notoriété de l’endroit

Passé et présent.

Quelques mètres plus loin se dresse le tout nouveau Bo’Valon Shopping Mall. Ouvert fin novembre, le centre commercial change le paysage du village et de toute la région. Avec ses 10,500 mètres carrés, ses 28 magasins, son supermarché et ses 13 restaurants, le shopping mall se pose comme une étape incontournable pour les Sudistes.

La modernité de l’architecture est en contradiction totale avec les alentours, ce qui fait du village un lieu unique où le passé et le présent cohabitent en harmonie. En effet, juste à côté, un pan de notre histoire résiste au temps et au développement. La propriété de Beau Vallon expose les vestiges de ses activités d’antan. Les tracteurs à l’arrêt dans la cour indiquent que la culture de la canne y est toujours effectuée, même si le moulin ne fonctionne plus.

Soodesh Greedharry, 57 ans, gardien à la compagnie de Beau Vallon, nous fait découvrir les lieux, qu’il connaît comme sa poche. Il se passionne pour l’établissement, pour lequel il a consacré plus de quinze ans de sa vie. Il habite à quelques mètres de son lieu de travail, à Camp Bail, en compagnie d’autres familles ayant participé à la vie de la propriété.

À Beau Vallon, le visiteur est acceilli par cette magnifique allée de flamboyants

La plus longue cheminée.

L’endroit où on pesait jadis les cargaisons des camions avant qu’elles ne soient acheminées vers le moulin est toujours visible. À l’arrière-plan, l’ancienne distillerie, avec ces belles façades en pierre, témoigne d’un passé marqué par la canne à sucre. Au beau milieu de la cour, le vieux pigeonnier accueille toujours des pensionnaires. “On disait autrefois que cela portait chance d’avoir des pigeons dans la cour de la propriété. C’est pour cela que celle-ci avait été érigée par les propriétaires. Les pigeons y viennent toujours, comme vous pouvez le constater.”

À une centaine de mètres se dresse la vieille cheminée de la propriété. “La plus longue du pays”, affirme notre interlocuteur. À côté, un pont permet aux véhicules de la propriété de rallier le chemin privé et de se rendre à Riche en Eau. Le tout surplombe l’ancienne “concasseuse”, dont les activités ont cessé depuis quelque temps déjà.

Le collègue de Soodesh, Ramesh Ramsahaye, qui se présente comme “manev kamion ponpie”, y a également consacré beaucoup d’années. Ena dife kapav tengn, ena dife pa kapav tengn. Le mois dernier, nous avons été sollicités pour tenter d’éteindre un incendie dans les champs. Nous avons dû utiliser une technique particulière pour empêcher qu’il ne ravage d’autres champs. Inn bizin kare karo : allumer un autre feu qui va en direction de celui qu’on n’arrive pas à maîtriser afin qu’ils se neutralisent.”

Avant d’être transformé en restaurant, le jardin de Beau Vallon fut le lieu de résidence des administrateurs de la propriété sucrière

“Trankil isi”.

Vis-à-vis, le Jardin de Beau Vallon attire le regard. Désormais un restaurant, il servait de lieu de résidence aux administrateurs de la propriété de Beau Vallon. Le gérant du restaurant confie que le bâtiment date de 1825 et qu’il est souvent confondu avec le Château Beau Vallon, qui était situé plus loin et qui a été ravagé par un incendie.

C’est après cette structure qu’on trouve les habitations. Maisons modestes dans certains quartiers, grandes demeurent flambant neuves dans d’autres. C’est le nouveau visage du village qui s’offre à nous.

Le cheminée en pierre de la propriété serait la plus haute du pays

Plus loin, des deux côtés de la route principale, des lieux de culte témoignent de la cohabitation parfaite entre les communautés. Le musée de Mahébourg et sa cour sombre jonchée de grands arbres marque la frontière entre les deux villages. Devant l’école primaire de Beau Vallon, un marchand de légumes, aidé de son fils, s’affaire en attendant les clients. “Trankil isi” nous dit-on dans certains coins. “Pa met lipie par laba”, nous conseille-t-on à propos d’un quartier situé non loin de là. “La drogue et la violence y font rage”, affirme un habitant.