Le ministre des Affaires étrangères et du Commerce international, Arvin Boolell, accompagné d’Assad Bhuglah, directeur de la Trade Policy Unit, participera au forum global sur le secteur des services qu’organisera, les 28 et 29 mai prochains, la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) en collaboration avec le ministère du Commerce de la République Populaire de Chine et la municipalité de Beijing.
Cette conférence de haut niveau, qui coïncidera avec la tenue de la deuxième Foire Internationale de Chine sur le Commerce des Services, réunira des représentants de divers gouvernements et d’institutions privées et publiques internationales ainsi que des chefs d’entreprise et régulateurs concernés par les politiques et stratégies visant à consolider l’impact du secteur des services sur le développement socio-économique des États membres de la CNUCED. Arvin Boolell a été appelé à présider l’une des quatre sessions de travail prévues dans le cadre de ce forum international, notamment celle axée sur le thème « Services and Job Creation ». Cette session devrait réunir le ministre jamaïcain des Affaires étrangères et du Commerce international, Arnold Nicholson, le secrétaire général adjoint de l’Organisation pour la Coopération et le Développement Économique (OCDE), Richard Boucher, le ministre adjoint du Commerce de la République Populaire de Chine, Qiu Hong, le ministre du Commerce, de l’Industrie et des Nouvelles Technologies du Maroc, Abdelkader Amara, le vice-président du Groupe Carrefour, Thierry Garnier, le senior vice-president de SAPS Labs Network, Clas Neuman, et le président du Korea Institute of Industrial Economics and Trade, Song Byoung Jun.
Les membres de ce panel discuteront des questions spécifiques portant, entre autres, sur le potentiel du secteur des services et de son impact sur la création d’emplois, l’environnement des affaires et les politiques requises pour stimuler l’emploi dans le secteur des services, l’élaboration de politiques commerciales pouvant avoir des retombées positives sur le marché du travail et l’apport des accords commerciaux régionaux et multilatéraux à la création d’emplois.
Le forum de Beijing donnera également l’occasion aux participants de se pencher sur la création de la valeur ajoutée dans le secteur des services, la contribution des services à l’innovation et la vision de l’économie globale des services et du commerce des services dans le 21e siècle.
Selon la CNUCED, la contribution du secteur des services au produit intérieur brut, au commerce et à l’emploi ne cesser d’augmenter à travers le monde. Elle représente, selon les dernières estimations, environ 66 % du PIB mondial et 44 % des emplois totaux alors que sa part dans le commerce des biens et services tourne autour de 20 %. Il est estimé, par ailleurs, que deux tiers des investissements directs étrangers sont destinés au secteur des services. Les pays en développement ont accru leur part (de 23 % en 2000 à 30 % en 2011) dans le commerce des services globaux. Dans le cas de Maurice également, les services (commerce, tourisme, finances, TIC, éducation, santé, transport, entre autres) constituent plus de deux tiers du PIB.
« The rising services sector and trade has become a driving force of the world economy, and will likely remain so in the foreseeable future in the twenty-first century », soutient la CNUCED. Pour cette organisation, les opportunités créées par le secteur des services sont énormes. « Some services with important social function like health, education, energy, transport and telecommunications remain indispensable for the achievement of the Millennium Development Goals, and the post-2015 challenge of inclusive and sustainable development. Efficient services are catalytic to the expansion of global value chains ».
À travers son forum gobal, la CNUCED veut amener les participants à réfléchir sur les voies et moyens pour une exploitation maximale de l’économie des services, une augmentation de la capacité productive des pays en développement, la création d’un environnement propice au développement du secteur des services, le partage d’expérience sur les stratégies innovatrices pouvant contribuer au développement de partenariats, à l’accroissement des gains et au renforcement de la coopération internationale.