Depuis samedi, le Beijing House Museum a vu le jour à Flic-en-Flac. Pour le ministre des Arts et du Patrimoine culturel, Avinash Teeluck, il s’agit d’une « ouverture sur la culture d’autrui, et elle devra nous permettre d’aller vers la vision de l’unité autour de la culture mauricienne ». « C’est un bijou ! » C’est en ces termes que le ministre Teeluck a qualifié ce projet, qui est une collaboration entre, d’un côté, le Capital Museum de Chine, l’ambassade de Chine à Maurice et le Centre culturel chinois (CCC) et, de l’autre, la China Culture Heritage Promotion Association et la China Cultural Promotion Limited de Maurice. Pour Avinash Teeluck, « il n’est pas réservé à une seule communauté, mais à tous les Mauriciens ».

« Nous avons une culture mauricienne et avec un projet pareil, nous faisons l’éducation de nos enfants afin qu’ils comprennent la culture d’autrui. J’invite toute la population à venir visiter ce musée et à bénéficier de la richesse que la Chine offre au monde et à Maurice aujourd’hui. Avec un tel projet, nous devons pouvoir aller vers la vision de l’unité autour d’une culture mauricienne qui, elle-même, est constituée de plusieurs cultures issues de différentes communautés », a-t-il affirmé au Mauricien.

Pour Avinash Teeluck, cette nouvelle coopération vient consolider davantage la relation entre la Chine et Maurice. L’inauguration du Beijing House Museum a eu lieu samedi après-midi en présence notamment du ministre Teeluck, de l’ambassadeur de Chine à Maurice, Sun Gongyi, et du directeur du CCC, Song Yanqun.