Dans la perspective de la division de l’ancien établissement sucrier Bel-Air Saint-Félix, six employés et leur représentant syndical ont eu une rencontre avec les hauts cadres du ministère du Travail, en présence du ministre Shakeel Mohamed. Au centre des discussions : les craintes exprimées par les employés quant à leurs conditions de travail. À la fin de cette réunion, chaque partie a fait part de son sentiment de satisfaction, qualifiant la rencontre de « fructueuse ».
Les employés de Bel-Air Saint-Félix Sugar Estate, dont des laboureurs, des chauffeurs, des office workers et ceux du département garage se disaient préoccupés par leurs nouvelles conditions de travail avec la division des terres annoncée de l’ancien établissement sucrier. « La réunion avec le ministère du Travail a été très positive », a affirmé Lall Dewnath, président de la Artisans & General Workers’Union (AGWU) et porte-parole des employés dans une déclaration à la fin de cette réunion qui s’est tenue dans les locaux du ministère du Travail. La recontre a vu la présence d’un représentant de la direction de Bel-Air St-Félix, Anil Nemchand, et de son représentant légal, Me Maxime Sauzier. « Tous les points qui suscitaient des doutes et appréhensions dans la tête des travailleurs ont été éclaircis. Ils ont obtenu l’assurance que leurs terms and conditions ainsi que leurs droits acquis seront conservés », poursuit le président de la Artisans & General Workers’Union.
Depuis l’annonce de la division de l’ancien établissement sucrier, les employés ont formulé plusieurs appréhensions quant à leurs nouvelles conditions d’emploi. Lall Dewnath et les employés reprochaient à la direction l’absence de consultation quant aux retombées de cette division des terres.
Shakeel Mohamed, dans une déclaration au Mauricien, a donné l’assurance que les conditions d’emploi et les droits négociés seront conservés : « Il n’y aura pas de pertes d’emploi, il n’y a aucune menace pour l’emploi », a déclaré le ministre dont la présence à la rencontre d’hier était sollicitée. Il a également recommandé que le dialogue entre la direction et les employés se poursuive, cela en présence d’officiers du ministère.
Avec la création d’une nouvelle entité, celle-ci changeant forcément d’appellation, Lall Dewnath a émis quelques réserves, craignant que les employés perdent leur temps d’ancienneté. Le ministre, interrogé sur cet aspect, a donné une nouvelle fois la garantie que le temps d’ancienneté des employés sera maintenu. Lall Dewnath a également fait part de son incertitude quant au fait que la nouvelle entité serait membre à part entière ou pas de la Mauritius Sugar Producers Association.