Le Premier ministre Navin Ramgoolam a mis l’accent sur la solidarité, le sacrifice et le travail honnête. C’était hier, à l’occasion de la pause de la première pierre d’un centre de formation pour le Mauritius Arya Ravi Ved Pracharini Sabha (MARVPS) à Belle-Mare, l’occasion de célébrer la Divali également. Le PM a aussi affirmé qu’il y a certains qui veulent prendre sa place comme Premier ministre.
S’appuyant sur le cas de cette association qui avait perdu le terrain à bail sur lequel sera construit le centre de formation après une vingtaine d’années avant qu’il ne leur soit retourné, Navin Ramgoolam a constaté que « c’est un manque de solidarité parmi eux qui en est à l’origine ». Il a souhaité que maintenant que le terrain leur a été retourné, le centre voie le jour au plus vite. « Dan mo manda mem, au plus tard en 2015 ». Avant d’ajouter : « Mo pou lamem apre osi ».
M. Ramgoolam a soutenu qu’aujourd’hui, il y a un manque de solidarité parmi les gens avec pour résultat que les choses ne se font pas comme il se doit. « Dan renion politik, zot pa geté ki parti pe fer pou societe, ena dimoune dir ki li pou ganie li », affirme-t-il en estimant que « c’est une perte de repère pour la société ». Pour lui, il faut d’abord servir les autres sans attendre de récompense. Il prend l’exemple de son père « qui a été un exemple concret de quelqu’un qui s’est sacrifié en 1983 en soutenant Sir Anerood Jugnauth au lieu d’aller aux élections alors qu’il était le plus fort », affirme-t-il. « Quand bizin faire sacrifice, bizin faire sacrifice », a-t-il dit.
Parlant de la force de persuasion de son père, il note qu’il faisait tout ce qui était de son possible pour réussir mais « toujours par simé droite, pa kouma ena fer, sime traver ». Selon lui, c’est SSR qui lui a transmis la notion du patriotisme, du partage et du travail. Quid pour l’honneur de la famille avec l’exemple de Ram qui a été en exil et qui s’est sacrifié pour son royaume.
Navin Ramgoolam a aussi déclaré qu’être Premier ministre « dimann boukou sacrifice. Zame pas fasil » alors que, il y en a certains qui pensent que « c’est la belle vie, ki tou korek ». Selon lui, même les voyages sont fatigants surtout lorsqu’il s’agit d’aller vers les États-Unis. M. Ramgoolam a indiqué qu’il ira bientôt en Australie pour le sommet du Commonwealth (Ndlr : le PM et sa délégation quittent le pays aujourd’hui).
Affirmant qu’une femme lui a récemment demandé de ne pas quitter son poste avec la crise politique qui sévit en ce moment, car « bondié kinn soizir sa pou ou », il soutient « ou koné, enn dimounn pa vinn sef deta par limem ». Selon lui, « ce n’est pas le pouvoir qui est important mais les principes ». Il a mis en garde l’assistance contre ceux qu’il qualifie de Rawan car selon lui, si le bien existe, le mal existe aussi.
Le PM souligne que dans le monde d’aujourd’hui, c’est la connaissance qui est importante et il salue le MARVPS pour la création de ce centre de formation.
Prenant la parole auparavant, le président du MARVPS, le Pr Sungkur, a fait ressortir dans un langage imagé le symbole de l’unité que représente le PM. Selon lui, il y avait une division au sein de la communauté avant les élections. Elle s’est rassemblée et aujourd’hui, après ses élections, elle est toujours ensemble. Il a parlé des différentes activités et formations que le centre offrira.
Parmi les membres parlementaires présents à cette cérémonie, le ministre des Arts et de la Culture, Mookhesswur Choonee, la ministre de l’Égalité des genres, Mireille Martin, ainsi que la MSM Leela Devi Dookun et Pratibha Bholah. Après la cérémonie, à l’heure des rafraîchissements, alors des responsables du MARVPS contrôlaient l’entrée et que Mme Bholah s’apprêtait a partir, elle a été appelée pour se joindre aux autres invités et au PM, sous la marquise.