Il est ce rockeur qui est remonté aux sources vivifiantes de la musique américaine. Ben Harper est un artiste qui a su puiser dans des répertoires aussi divers que le folk, la pop, le gospel ou le reggae. Benjamin Harper soufflera ses 45 bougies le 28 octobre. Un âge idéal pour faire le point.
Plus de vingt ans de carrière et une dizaine albums. Ben Harper est passé du rock au gospel, du reggae au folk, du funk à la soul, effectuant pratiquement à chaque enregistrement un virage artistique. Des chansons originales établissant une jonction entre le blues rural du Mississippi et celui de Chicago. Il s’est associé à sa mère Ellen pour Childhood Home. Un album entièrement acoustique sorti en 2014, produit, selon le multi-instrumentiste californien, dans l’esprit des premiers Elvis. Une musique familiale aux accents de soul californienne et de folk rock.
Ben Harper est né d’une mère blanche et d’un père noir luthier. Il passe son enfance dans le magasin de musique de ses grands-parents baba cool, ouvert à la fin des années 1950, le Folk Music Center. Il grandit au milieu de ce musée, observant, pendus aux murs, les étranges ukulélés, mandolines, ouds, de toutes les formes, oblongs comme des gouttes d’eau, carrés ou simplement ronds, faits d’un magnifique bois verni.