« N’importe quelle république que le MMM aidera à mettre sur pied consolidera la démocratie », a affirmé Paul Bérenger samedi lors d’une conférence de presse. Il répondait à une déclaration « insultante » de sir Anerood Jugnauth selon laquelle la deuxième République serait « une République à la Amine Dada ».
Paul Bérenger a également répliqué à une déclaration de Pravind Jugnauth à l’effet que le MSM ne faisait pas de zigzag, sous-entendant que le MMM le faisait. « Le MMM n’a jamais zigzagué sur son programme, au pouvoir comme dans l’opposition, contrairement au MSM », dit-il. Il en a voulu pour preuve que le gouvernement de 2000/2005 n’a pas été en mesure d’adopter une bonne réforme électorale. Il a souhaité que chacun pèse ses mots pendant la « cooling off period ». « Même s’il arrive que le MMM et le MSM se séparent, je souhaite que cela se passe de façon civilisée et correcte ».
Commentant l’intervention faite la veille par le Premier ministre, Navin Ramgoolam, concernant la réforme électorale dans le cadre des débats sur le discours-programme, Paul Bérenger s’est félicité de sa déclaration catégorique qu’un texte de loi sur la réforme électorale sera circulé le plus vite possible et que si nécessaire le Parlement sera rappelé pendant les vacances pour débattre de ce texte de loi. Il s’est par la même occasion réjoui que le MMM et le Ptr soient tombés d’accord à 99 % sur la réforme électorale et la deuxième République.
S’agissant des rumeurs au sujet d’une alliance Ptr-MMM, Paul Bérenger a indiqué que pour le MMM en politique l’essentiel est avant tout une affaire de programme. Il a rappelé que les points forts sur lesquels insiste le MMM dans le cadre d’un programme sont la consolidation de la démocratie avec, entre autres, l’introduction d’une réforme électorale et une deuxième République qui rééquilibrerait les pouvoirs entre le président et le Premier ministre, une nouvelle MBC et l’introduction de la télévision privée ; le combat contre la corruption ; l’amélioration de la situation du law and order ; l’injection d’un nouveau souffle dans l’économie dans un contexte international déjà difficile qui risque de se détériorer gravement, surtout que la Grèce serait obligée de quitter la zone euro dans les 15 jours ; l’affermissement de l’unité nationale. « L’avenir dira s’il y aura une alliance MMM-Ptr. Si c’est le cas ce serait strictement sur la base du programme évoqué plus loin, qui est également celui du Remake 2000 avec la deuxième République en moins ».
Paul Bérenger a souligné que n’importe quelle décision politique importante aura lieu démocratiquement dans le cadre des instances du MMM dont le bureau politique, le comité central et l’assemblée des délégués.