Paul Bérenger a ouvert le bal de cette conférence de presse du MMM, ce samedi 22 juin, en abordant les éventuelles élections partielles, annoncées officiellement cette semaine. « C’est ridicule! », a lancé le leader des mauves. « La personne élue sera un député d’un mois. C’est un gaspillage de fonds ».

Il est aussi revenu sur le climat actuel au parlement, qualifiant la situation de « dictature de nombre » qui serait, dit-il, « encouragée par la Speaker ». « Zame mo’nn trouv enn parlman sa nivo-la. Ti ena bann meeting piblik », a-t-il lancé en référence aux débats parlementaires.

En ce qui concerne le geste déplacé de Jean François Chaumière à l’encontre de la députée Sandhya Boygah au sein de l’hémicycle, Paul Bérenger a souligné que « ce n’est pas un cas isolé ». Il poursuit : « Samem MSM azordi zour sa. Bann advisor pe krwar ki zot ena tou pouvwar pou ka’v fer ninpor kwa ».

Le leader des mauves a également commenté les nouvelles dispositions de la loi sur la déclaration des avoirs. « Kan lawla finn vote par parlman, nou’nn denons so bane febles. Zot pe sirkil enn amandman pou  kouyonn dimounn ».

Il est d’avis que cette nouvelle loi comporte « une des plus grosses faiblesse » : l’absence des « trusts » et de transparence. « Aret anbet dimounn. MMM met gouvernman o defi met bann « trusts » dan sa amandman-la. Si li pa fer li, nou nou pou fer li. Apre rann piblik bann avwar bann depite avan prosin eleksion zeneral », a-t-il déclaré.