La première classique, dotée de The Best Construct Duchess Of York Cup, programmée initialement pour la huitième journée, sera l’attraction phare de ce dixième acte. Réservée dans le passé aux nouveaux éléments de l’élite n’ayant jamais couru, elle sera cette année ouverte également à ceux qui ont couru une fois chez nous cette année et la fourchette a été élargie afin d’assurer de faire le plein vu le faible nombre de nouveaux répertoriés en ce début de saison. Sur le papier, Reim, Top Jet et Everest sont les plus en vue avec l’avantage au porte-drapeau de l’écurie Gujadhur qui possède déjà un galop de course sous les sabots. Mais gare aux outsiders — à l’instar de Bulsara qui avait également un brin de classe dans la dernière édition — qui ont souvent profité d’une meilleure condition physique pour mater les favoris.
Les favoris
Après avoir brillé à sa deuxième tentative, Reim a souvent évolué en bonne compagnie face à des chevaux comme Captain America ou Power King où il a soufflé le chaud et le froid. Cependant, il a été intraitable dans la course à l’avant lorsqu’il a été muni d’oeillères, pour terminer sa carrière sud-afrciaine sur trois victoires convaincantes d’affilées, dont la dernière dans un Grade 3. Reim a effectué ses débuts au Champ de Mars dans la première manche des 4-ans enlevée par son compagnon d’entraînement Kremlin Captain. Ce jour-là, il portait le top weight de 61kg et de sa septième ligne, il avait suivi en one off sur tout le trajet. Malgré cela, il n’avait pas été surclassé à l’arrivée. Cette course semble lui avoir fait du bien, car Reim est nettement mieux dans sa peau comme en témoigne son travail sur la grande piste la semaine dernière. On constate qu’il a été principalement entraîné avec des side winkers et avant d’être muni de ses oeillères lors de son ultime galop mercredi dernier. Avec la compression des poids, Reim est avantagé au handicap par rapport à ses adversaires. Sa deuxième ligne sera un gros avantage, mais il aura à son intérieur le véloce Brave Leader qui, avec son léger handicap, peut essayer de le forcer à sortir de son pas sur la partie initiale. S’il surmonte cette difficulté sans trop d’efforts, il sera difficile à rattraper.
Si tous pensaient que One Cool Dude serait le porte-drapeau de Ricky Maingard dans cette première classique, l’entraîneur, lui, a préféré un engagement plus conforme à ses réelles aptitudes la semaine dernière et ce sont finalement Top Jet et Counts Rocket qui défendront ses couleurs. Top Jet sera un des rares participants à effectuer ses débuts directement dans cette classique. Ce gris s’est illustré au début de sa carrière sud-africaine et remporta sa deuxième victoire dans une course Listed où il domina, entre autres, Counts Rocket. Par la suite, il a évolué en bonne compagnie face à des chevaux comme Futura, lauréat du dernier J&B Met, Legislate, vainqueur du July Handicap en 2014, ou encore Reim. Top Jet est probablement le dernier des partants de cette épreuve à travailler à Port-Louis, son entraîneur voulant sans doute l’amener à son meilleur niveau au moment opportun. En effet, son premier galop a été enregistré fin avril aux côtés de Tube Wave. Mais il était déjà dans une condition physique appréciable et par la suite, il a gagné en puissance au fil de ses galops. Top Jet a déjà gagné en venant de loin, mais est tout aussi efficace lorsqu’il peut suivre de très près. Mal placé dans les stalles, il évoluera certainement à l’arrière-garde et vu qu’il devrait y avoir du rythme, il aura sa chance.
Everest a été acquis pour pallier les départs de Green Keeper et Intercontinental au sein de l’élite.  Son but ultime sera de porter le plus haut possible les couleurs de l’entraînement Rousset dans les quatre classiques du calendrier, car Polar Royale, qui sera probablement en action dans le Barbé et la Coupe d’Or, ne semble pas être capable d’aller jusqu’aux 2400m du Ruban Bleu. Everest a évolué en moins bonne compagnie que Reim et Top Jet, entre autres, et lorsqu’il s’est frotté aux meilleurs, on constate qu’il s’est montré discret. Il a été castré en janvier dernier, soit quelques jours avant son arrivée à Maurice. Everest s’entraîne régulièrement depuis la mi-avril et possède une quinzaine de galops sous les sabots dont deux sur la grande piste. Mardi matin, il a été transcendant, laissant sur place Millenimesta dans la ligne droite dès que son cavalier lui a demandé un effort. S’il s’est montré plus efficace à partir de 1600m, Everest pourra profiter de sa tenue pour démarrer de loin s’il n’y a pas assez de rythme. Ce qui fera de lui un candidat valable à la victoire.
Les outsiders
Tout comme son compagnon d’écurie, Counts Rocket ne compte que deux victoires à son palmarès et s’est frotté à quelques-uns des meilleurs de sa génération. Cependant, vu que ses performances étaient plus modestes en compagnie de l’élite, sa valeur a été revue à la baisse lors de ses dernières sorties. Ce qui fait qu’il détient un Rating local de 49, soit 20 de moins que Top Jet. Counts Rocket a effctué son baptême du feu à l’occasion du septième acte sur le terrain mou où il fut crédité du meilleur finish pour compléter le podium. Avec sa ligne moyenne, il pourra suivre non loin des meneurs, probablement en one off et comme il devrait y avoir du train, il faudra compter avec lui à l’arrivée.
Silver Bluff sera une doublure de choix pour soutenir Reim dans cette classique. A 5 ans, il totalise pas moins de six victoires, tous sur 1200m, mais à un niveau inférieur. Il effectua ses débuts sur 1400m et s’il ne fut pas en mesure d’inquiéter Polar Royale qui surclassa l’opposition, il est celui qui refit le plus de terrain sur le vainqueur dans l’emballage final pour s’approprier la troisième place avec Pravesh Horil en selle. Silver Bluff a dégagé une certaine puissance à l’heure des galops. Il a été l’auteur d’une très bonne prestation mercredi matin aux côtés de Reim. Il aura contre lui le handicap de sa ligne extérieure, car il affectionne la course avec le pas. Mais sur sa bonne forme du moment, il ne peut être éliminé hâtivement.

Jean Michel Henry n’aura finalement qu’un partant, en l’occurrence Hillbrow, ayant préféré aligner Al Capitano dans un champ plus à sa portée. Cet bel alezan de 4 ans n’a remporté qu’une victoire en Afrique du Sud. Fort de son convaincant succès, son entraîneur a décidé de l’aligner par la suite à un niveau supérieur face aux meilleurs comme Louis The King, un vainqueur de 7 courses. Acquis pour le compte de l’écurie Allet l’année dernière, il est passé sous la férule de son nouvel entraîneur cette année. Hillbrow a effectué son baptême du feu il y a deux semaines dans un Benchmark de 46 car il possède un Rating de 44 vu qu’il est un one time winner. Il hérita d’un parcours difficile en épaisseur, mais ne fut pas surclassé à l’arrivée, échouant à seulement 1.65L d’Indaba My Children. Cette course semble lui avoir fait le plus grand bien comme l’atteste son galop de mardi. De sa quatrième ligne, il essaiera sans doute de se placer à la corde dans le sillage des meneurs en attendant la ligne droite finale pour se manifester. Il sera le dark horse de la course.
Les autres partants
Très chuchoté à ses débuts lors du septième acte, Brave Leader avait été une petite déception, plafonnant dans la ligne droite après avoir été longtemps aperçu en tête. A sa décharge, on peut avancer qu’il n’était pas fin prêt ce jour là et qu’il avait probablement été desservi par l’état de la piste. Puissant frontrunner, il aura face à lui le véloce Reim, mais aura pour lui de ne porter que 53kg sur le dos. Il peut donc tirer profit de sa légère charge, quoique désavantagé au handicap, et de sa première ligne pour tenter de conserver l’avantage de la tête et corde le plus longtemps possible. Il risque toutefois de manquer de classe face à ses adversaires du jour, mais pourrait s’accocher à un petit chèque s’il est poussé dans ses derniers retranchements.
Greys Inn Control a évolué en bonne compagnie pendant sa carrière sud-africaine qui s’est étalée sur 3 ans. Du reste, il est âgé de 6 ans actuellement. Il  s’est montré plutôt régulier dans ses performances, mais a souvent eu affaire à plus forte partie. A ses débuts chez nous, il ne semblait pas avoir encore atteint son meilleur niveau. Malgré cela, il avait été l’auteur d’une performance honorable pour échouer à 2.05L de Master Mascus. Greys Inn Control nous a paru dans une condition améliorée avec une course dans les jambes. Reste que le fait d’être raccourci de 200m n’est pas forcément l’idéal, surtout pour un coursier de cet âge. Il affectionne la course avec le pas, mais sa septième ligne reste un gros handicap. Reste que si Bulsara avait brillé dans cette épreuve à 7 ans, il y a une lueur d’espoir.
Flash Drive n’avait été qu’un pâle figurant à sa première sortie sur notre turf qui remonte à cinq semaines. Il faut faire ressortir qu’il était retourné avec des coupures aux jarrets ce jour-là. Il ne peut donc être condamné sur cet échec. Toutefois, il n’a gagné que sur 1200m en Afrique du Sud, alors que son unique tentative sur le parcours du jour s’est avéré un échec. Après un petit repos, Flash Drive s’est vite remis à l’ouvrage le matin et il semble remis de ses blessures. Il affectionne la course à l’avant tout comme Brave Leader et Reim, mais vu que ces deux chevaux sont mieux placés dans les boîtes, il risque de se retrouver en épaisseur, ce qui lui compliquera la tâche.
On s’attendait à une performance significative de Gameloft pour ses débuts lors de la septième journée car il avait laissé une bonne impression lors de ses exercices matinaux, mais le nouvel élève de Randhir Pertaub n’avait pas été en mesure de jouer un rôle intéressant. Sa performance peut être attribuée à l’état de la piste. Il affronte un lot nettement supérieur et malgré sa légère charge, on le voit mal renverser la vapeur en sa faveur.