Ayoob Bauharally à son atelier où il fabrique du caoutchouc

Bestdor Ltd est une entreprise locale spécialisée dans la conception, la fabrication, le commerce et la maintenance d’une grande gamme de portes automatiques et motorisées. Sise à Mesnil, cette entreprise a été fondée par Ayoob Bauharally, qui a démarré sa carrière comme ouvrier dans un atelier dès son jeune âge. Aujourd’hui, il est un des plus célèbres fabricants de portes de garage sectionnelles, de volets motorisés, de portes automatiques ainsi que de “blinds” multicolores en PVC. Rencontre…

Il y a 25 années, Ayoob Bauharally, aujourd’hui âgé de 60 ans, a créé son entreprise spécialisée dans la conception et fabrication de portes et portails en aluminium. Au fil des années, l’entrepreneur décide d’innover et d’évoluer au rythme de la technologie. Ainsi, il commence à fabriquer des portes automatiques et devient le créateur de la marque Guardian à Maurice. Ayoob confie que le parcours « n’a pas été facile ». Il poursuit : « J’ai abandonné l’école après la Form V. Je me suis inscrit à des cours de formation en mécanique et électrique. Ensuite, j’ai rejoint une compagnie privée spécialisée dans le même domaine comme représentant de vente. À l’époque, on fabriquait des “roller shutters” en tôle. Les ouvertures en aluminium n’étaient pas tellement prisées à cette époque. Depuis toujours, je rêvais de travailler à mon propre compte et, au moment venu, j’ai quitté mon emploi pour me rendre en Malaisie en quête de connaissance. Là-bas, j’ai fait l’acquisition d’une machine d’occasion pour fabriquer des “profils shutters”. »

Grâce à sa détermination, son savoir-faire et sa persévérance, Ayoob Bauharally goûte au succès. Il continue à investir dans les machines car l’innovation de ses produits « demeure une de mes priorités ». Ce directeur de compagnie se rend alors en Chine, cette fois pour apprendre à fabriquer des portes de garage sectionnelles. Toutefois, son nom et son entreprise n’avaient pas atteint la notoriété à Maurice. Profitant du Salon de la Maison, il développe ses stratégies de marketing pour promouvoir son entreprise auprès des Mauriciens. « Un stand à ce type de Salon est coûteux. Mais, j’ai pris le risque car je voulais évoluer. Coup réussi, grâce à ma présence au Salon, j’ai décroché des contrats. À partir de là, ma porte vers le succès s’est ouverte », dit-il.

Bestdor Ltd est la compagnie qui a fabriqué tous les “shutters” des magasins au Caudan Waterfront, ainsi que les ouvertures de ses kiosques. Elle a aussi fabriqué les “see through shutters” de la Banque de Developpement de Maurice. Ce type de “shutters” permet aux employés de voir ce qui se passe de l’intérieur mais ceux de l’extérieur ne les voient pas. La nuit, l’inverse se produit. « Je suis le premier fabricateur à introduire ce “shutter” à Maurice. Comme ce produit, il y a plusieurs autres que j’ai introduits à Maurice, comme les “shutters” avec des roulements à billes. Toutefois, de nos jours ces produits sont devenus très communs à Maurice », dit-il. Outre ces projets importants, Ayoob a fabriqué des ouvertures pour quelques hôtels, dont La Balise Marina et la Villa Valriche. Au fil des années, il a décroché plusieurs contrats de ce genre. Parallèlement, Ayoob prend des commandes des clients particuliers. « Nous ne décrochons pas souvent les gros projets. Nous avons donc dû offrir nos services aux clients particuliers également. C’est d’ailleurs grâce à eux que nous survivons », soutient Ayoob.

Assoiffé d’innovation, Ayoob continue à effectuer des voyages à l’étranger en quête de connaissance, d’expertise et de nouveautés. Aujourd’hui, il est le seul fabricant à proposer une grande gamme d’ouvertures pour répondre à des besoins de confort et de sécurité, entre autres. Il propose ses services d’expert en confection, fabrication et en maintenance des portes automatiques et motorisées, des portes de garage sectionnelles, celles en fer forgé, des volets motorisés et “blinds” multicolores en PVC. « De nos jours, les clients exigent des portes faciles à manier mais qui, en même temps, assurent la sécurité. Il y a eu des incidents où des voitures ont été cambriolées alors que leurs propriétaires étaient descendus pour aller ouvrir leur portail. De ce fait, ils réclament des portails motorisés qui peuvent être contrôlés à partir d’une télécommande. En même temps, il fallait que ses portes soient modernes et esthétiques », explique Ayoob.

Tout récemment, cet entrepreneur a réussi à introduire la porte de garage sectionnelle vitrée aux reflets métallisés à Maurice. Cette porte, nous dit-il, « est moderne et très attirante mais elle coûte cher ». Il ajoute : « J’ai découvert cette porte lors d’un voyage en Chine. Les fabricants la confectionnaient pour des membres d’une famille royale. J’étais fascinée par le modèle et j’ai décidé de l’introduire à Maurice. Cette porte coûte environ Rs 150 000 et elle n’est pas à la portée de tout le monde. J’en ai placé une dans mon garage et j’ai eu quelques clients qui l’ont commandée. C’est le dernier modèle sur le marché. »

Son atelier de fabrication de portes en métal, fer forgé et en aluminium, entre autres, se trouve à Mesnil, où Ayoob a également fait construire une succursale pour exposer ses chefs-d’œuvre et ainsi prendre les commandes. Il est aussi propriétaire d’un deuxième atelier de travail à Camp-Fouquereaux. Sur place, il produit des caoutchoucs qui sont utilisés dans les ouvertures. « Puisque je me suis spécialisé dans les ouvertures, je me suis dit qu’il serait bien que je fabrique mes propres caoutchoucs. Là encore, j’ai investi une importante somme d’argent dans l’achat d’une machine de fabrication de caoutchouc. J’importe des pellets en caoutchouc qui sont injectés dans la machine. Le produit fini est un ruban en caoutchouc, utilisé pour protéger les vitres dans les ouvertures, que ce soit la fenêtre ou les portes », explique Ayoob. Et d’ajouter : « Au début, je produisais pour ma propre utilisation. Au fil des années, plusieurs compagnies de fabrication d’ouvertures ont voulu acheter le caoutchouc de mon atelier plutôt que d’en importer. Je dois préciser que je fabrique mes propres moules pour cette fabrication. »

L’entrepreneur, qui a goûté au succès grâce à ce métier, n’envisage pas de changer de domaine, ni de diversifier ses activités aussitôt. Selon lui, c’est un secteur qui voit des compétiteurs pousser comme des champignons. « De nos jours, il y a tant de fabricants d’ouvertures en aluminium et de portails automatiques à Maurice. On ne peut détenir l’exclusivité sur ce commerce. Par contre, je pratique des petits commerces en parallèle comme des filtres à eau. De plus, la relève est assurée par mon neveu qui m’épaule dans l’entreprise », soutient-il.

Par ailleurs, Ayoob indique ne plus employer personne dans son entreprise. « Quand j’ai lancé mon entreprise, j’ai employé des ouvriers. Mais le temps passe et je réalise que la main-d’œuvre locale n’est pas sérieuse dans son engagement. Donc, quand je décroche des contrats, je prends des sous-contacteurs qui accomplissent les commandes dans le temps voulu. C’est ainsi que je compte travailler désormais », explique-t-il.