L’enquête du Central CID sur le contrat-jackpot de Rs 10 milliards au groupe Bhunjun devra connaître un emballement politique, plutôt ministériel. Si le calendrier de travail établi est respecté à la lettre, trois anciens ministres du gouvernement de Navin Ramgoolam devront se succéder aux Casernes centrales pour subir des séances d’interrogatoire Under Warning. À ce jour, la liste de hauts fonctionnaires ayant travaillé sur le dossier de Betamax et susceptibles d’intéresser les limiers de l’assistant commissaire de police, Heman Jangi a été épuisée avec l’ancien secrétaire permanent au ministère du Commerce, Reshad Hoseny en liberté provisoire sous une double inculpation.
Les recoupements d’informations effectués par Week-End de sources concordantes indiquent que le début de cette semaine devrait voir un invité-surprise, en la personne de l’ancien Deputy Prime Minister Rashid Beebeejaun, pointer au QG du Central CID. L’intérêt des enquêteurs dans la version des faits de l’ancien No 2 du gouvernement travailliste est que le projet d’Expression of Interests, éliminant le recours à tout appel d’offres pour l’adjudication d’un contrat de cette valeur, avait été conçu sous les instructions du même Rashid Beebeejaun.
Dans un premier temps, le Central CID est intéressé d’établir la chronologie de ce projet de fret pétrolier pour le compte de la State Trading Corporation et les raisons derrière le choix des procédures écartant toute possibilité d’Open Tender. Dépendant des explications fournies par Rashid Beebeejaun sur la conception de ce projet et la suite des événements avec l’ancien vice-Pm et ministre de l’Infrastructure publique, Anil Bachoo, prenant la relève, le Central CID décidera de la marche à suivre pour définir si l’ex-Deputy Prime Minister devra se retrouver aux côtés de Mahen Gowressoo sur les bancs des témoins ou ailleurs lors de l’instruction éventuelle du procès Betamax.
Après le passage de Rashid Beebeejaun, l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Rajesh Jeetah, devra être convoqué en audition formelle. Le cas du ministre Jeetah est différent des autres car il sera entendu pour le délit principal de conflit d’intérêt sous le Prevention of Corruption Act. Il sera confronté que lors des discussions au conseil des ministres sur ce contrat de Rs 10 milliards, il n’aurait pas déclaré ses intérêts vu que ses proches parents, soit des membres du groupe Bhunjun, étaient désignés pour l’allocation de ce contrat.
Puis, viendra le tour d’Anil Bachoo qui a été mis en cause par le Senior Chief Executive, Kandasamy Pather, au sujet des menaces et pressions pour le forcer à signer la lettre du 12 janvier 2009. L’ex-vice-Pm sera acculé avec les détails révélés par ce chef de Cabinet suite à la décision du conseil des ministres de décembre 2008 de favoriser le groupe Bhunjun ou encore si les menaces et pressions émanaient du Big Boss à l’Hôtel du gouvernement. Une inculpation de violation des dispositions du Central Procurement Board n’est pas à écarter.
Les deux derniers protagonistes, qui devront être entendus avant qu’un rapport préliminaire ne soit soumis au Directeur des Poursuites Publiques, ne sont autres que Navin Ramgoolam et Vikram Bhunjun, le directeur de Betamax. À ce stade, aucune date n’a encore été fixée pour ces convocations.
Entre-temps, après l’ancien ministre du Commerce Mahen Gowressoo, l’ex-directeur général de la State Trading Corporation, Ranjitsing Soomarooah, et l’ancien chef de Cabinet Kandasamy Pather, deux autres hauts fonctionnaires, ont été convoqués au Central CID pour interrogatoire au cours de la semaine écoulée.  L’ancien Permanent Secretary au ministère du Commerce, Reshad Hosany, a été entendu, lundi, avant d’être placé en état d’arrestation. En l’absence de la Chairperson, cet ancien chef de Cabinet avait présidé la réunion du Board de la STC du 27 novembre 2009 avec pour unique item à l’agenda la signature du contrat pour le fret pétrolier Red Eagle du groupe Bhunjun.
L’ancien Permanent Secretary fait face à une double dénonciation, soit de l’ancien N° 1 de la STC et de l’ancien ministre Gowressoo, qui s’est présenté comme « enn poupett dan sa zafer Betamax-là  » – comme étant un maillon d’envergure dans le mécanisme de pressions exercées par Navin Ramgoolam pour l’allocation de ce contrat en faveur du groupe Bhunjun. Il a été inculpé d’une double charge provisoire, soit de complot et de non-respect des dispositions de la Public Procurement Act  – avant de retrouver la liberté sous caution lors d’une nouvelle comparution en Cour, mercredi.
Mais les malheurs de l’ancien chef de cabinet Hosany devaient se poursuivre en fin de semaine avec la convocation de l’ancienne Principal Assistant Secretary du ministère du Commerce, Rajwantee Ramrukheea. Celle-ci a placé Reshad Hosany dans une situation encore plus compromettante. Elle a soutenu qu’elle a subi des pressions de l’ancien PS Hosany pour apposer des signatures dans le dossier du contrat.