Dans l’affaire du contrat jackpot de plus de Rs 10 milliards avec le groupe Bhunjun, la ligne pro-résiliation au sein du conseil des ministres a pris le dessus sur le camp de la prudence. Le gouvernement a pris les devants en mettant un terme au contrat d’affrètement du pétrolier MT Red Eagle de la société Betamax, construit au coût de 65 millions de dollars américains.
Le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a convoqué la presse à 15 heures au Treasury Building pour faire état officiellement de cette décision et pour expliquer la position du gouvernement à ce sujet. Auparavant, les représentants du groupe Bhunjun ont été reçus à l’hôtel du gouvernement où la décision officielle leur a été communiquée. Depuis ce matin, le Red Eagle est en rade à Port-Louis en vue de débarquer une cargaison de produits pétroliers pour le compte de la State Trading Corporation.
Au cours des dernières 24 heures, des séances de travail serrées se sont déroulées entre les membres du comité ministériel, mené par Roshi Bhadain, ministre des Services financiers et de la Bonne gouvernance et des membres de la direction du groupe Bhunjun. Au fil des discussions, la rupture du contrat avec Betamax devenait de plus en plus évidente. Mais la décision officielle allait revenir au conseil des ministres, qui s’est réuni ce matin.
Tôt dans la matinée, le groupe Bhunjun devait tenter « a last ditched effort », sous la forme de nouvelles analyses et de nouvelles données sur le contrat signé en un seul jour le 27 novembre 2009, pour sauver la mise. Mais des sources ministérielles laissaient entendre que « les explications n’étaient nullement convaincantes ». Ceux faisant partie du camp de la prudence et voulant à tout prix éviter d’effrayer des éventuels investisseurs, n’ont pas pesé lourd devant les arguments à l’effet que « le contrat signé avec Betamax par l’ancien gouvernement de Navin Ramgoolam n’est pas dans l’intérêt de Maurice ».
La confirmation de la décision est venue en deux étapes, d’abord la communication de la décision au groupe Bhunjun et ensuite la convocation de la conférence de presse de sir Anerood Jugnauth sans aucun détail quant aux thèmes susceptibles d’être abordés.
En parallèle, dans le port depuis ce matin, le MT Red Eagle, qui a accosté à côté des installations, procède au débarquement d’une cargaison pétrolière venant de la Mangalore Refineries & Petrochemicals Ltd (MRPL). Avec la rupture du contrat, qui fera probablement l’objet de contestation devant les instances arbitrales prévues dans le contrat, la STC ne pourra pas se prévaloir des services du MT Red Eagle pour assurer l’approvisionnement de Maurice en produits pétroliers après le débarquement du jour.
Des dispositions, sous forme d’un plan B, ont été mises en place pour affréter des pétroliers le temps que cette affaire soit réglée. Dès ce soir, la STC mettra à exécution les différentes étapes alternatives prévues.
Le Mauricien n’a pas été en mesure de confirmer officiellement si le gouvernement compte soumettre au Central CID tout le dossier de la signature du contrat de Betamax en un seul jour sur instructions from higher quarters à des fins d’enquête au pénal. Cette possibilité pourra être annoncée par le Premier ministre cet après-midi.