L’ancien ministre du Commerce sous le régime travailliste, Mahen Gowressoo, désormais faisant partie de l’équipe Vire Mam, a entamé hier son deuxième jour d’interrogatoire au QG du Central CID, dans le cadre de l’enquête sur l’octroi du contrat-jackpot de Rs 10 milliards alloué au groupe Bhunjun pour le fret pétrolier de la State Trading Corporation (STC). Après avoir affirmé aux enquêteurs qu’il était une véritable « poupette » entre les mains de l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam, compte tenu des pressions et menaces exercées par ce dernier pour l’octroi du contrat au groupe Bhunjun, Mahen Gowressoo a coulé l’ancien vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques, Anil Bachoo, au cours de la séance d’hier. En présence de son avocat, Me Yash Bhadain, l’ancien ministre du Commerce affirme avoir subi des intimidations formulées par « le roi de l’Est » et fait même état d’une altercation verbale avec ce dernier au sujet du contrat.
L’ancien ministre Mahen Gowressoo sera de retour demain au QG du Central CID pour son troisième jour d’interrogatoire dans le cadre de cette enquête menée par les hommes de l’assistant-commissaire de police Heman Jangi. Tout porte à croire que la fin de l’audition de Mahen Gowressoo devrait intervenir demain. Comme annoncé par Le Mauricien dans son édition d’hier après-midi, l’interrogatoire d’Anil Bachoo, avant la convocation formelle de Navin Ramgoolam au Central CID, se précise de plus en plus. Des sources bien informées indiquent qu’il n’est pas à écarter que la convocation formelle d’Anil Bachoo pour interrogatoire au CCID soit programmée pour lundi prochain. Affaire à suivre…