L’enquête confiée aux limiers de la Cyber Crime Unit du Central CID sur le contrat-jackpot de Rs 10 milliards de Betamax devra connaître un emballement au cours de cette semaine. Ainsi, alors que la convocation de l’ancien vice-Premier ministre et ministre de l’Infrastructure publique, Anil Bachoo, pour interrogatoire Under Warning, est donnée comme une certitude, tout semble indiquer que le Central CID a pris la décision de faire durer le suspense. Cet ancien ministre du gouvernement de Navin Ramgoolam devra attendre avant d’être confronté aux graves allégations portées contre lui dans le cadre de cette enquête sur un des nombreux scandales secouant le précédent gouvernement.
Ainsi, en début de semaine, l’ancien ministre du Commerce travailliste, Mahen Gowressoo, aujourd’hui faisant partie de l’équipe Viré Mam, sera entendu sur son rôle dans l’octroi de cet important contrat au groupe Bhunjun sans avoir eu recours à des appels d’offres. Cet ancien ministre pourrait bénéficier du statut de Star Witness vu que son témoignage pourrait mettre l’ancien Premier ministre dans un véritable embarras, vu les pressions exercées ce vendredi 27 novembre 2009 pour la signature du contrat de fret pétrolier au nom de la State Trading Corporation (STC) au plus tard ce même jour.
L’intérêt de la version des faits de Mahen Gowressoo s’explique par les événements qui s’étaient déroulés ce vendredi 27 novembre 2009 spécifiquement. Il devra confirmer aux hommes de l’assistant-commissaire de police Heman Jangi comment il avait dû quitter la réunion du Conseil des ministres ce jour-là sur ordre du Premier ministre avec des instructions formelles pour la signature du contrat entre la STC et le groupe Bhunjun, représenté par Vikram Bhunjun.
“Si sa kontra-là pa ine signé tanto, to kapav pran to paleto to allé ek pa return ankor”, aurait menacé Navin Ramgoolam. Mahen Gowressoo a déjà confié à ses nouveaux camarades du pouvoir tous les détails de cette journée du 27 novembre, notamment comment le Board de la STC avait dû se réunir d’urgence sans le président vu que la principale concernée avait refusé de le faire et comment l’ancien secrétaire permanent au Commerce, Rechad Hosany, avait été propulsé à la présidence du Board pour que les ordres formels du Premier ministre soient exécutés. Les membres du Board de la STC avaient été séquestrés dans l’antichambre du bureau du ministre pendant toute la journée pour éviter des ennuis à haut niveau.
L’ancien ministre du Commerce, qui a également fait partie du comité ministériel sur le projet Betamax, présidé par le vice-Premier ministre et leader du PMSD, Xavier-Luc Duval, devra fournir aux enquêteurs de la police des Inside Informations confirmant la Pre-Cooked Decision visant à favoriser le groupe Bhunjun. Avec ce développement, il faudra s’attendre à voir Navin Ramgoolam être “roped in that probe” en tant que principal suspect dans cette nouvelle enquête de la police sur le précédent gouvernement. Le rendez-vous de l’ancien ministre Gowressoo reste tributaire de la disponibilité de son homme de loi.
Un autre protagoniste dans l’affaire Betamax entrera en scène cette semaine. Mr Hedging Saga, Ranjitsingh Soomarooah, ancien directeur général de la STC, a été convoqué pour audition sous caution après le passage de Mahen Gowressoo. Cet ancien No 1 de la STC devra justifier à la police les raisons de son silence, alors que l’une des conditions majeures, à l’effet que les Freight Rates pour le pétrolier soit impérativement indexé à l’Indicative Market Rate du Baltic Exchange, avait été ignorée dans le contrat rédigé. Cet oubli prémédité a eu pour conséquence que le groupe Bhunjun, propriétaire du pétrolier Red Eagle, a été nettement favorisé sur le plan financier et de profitabilité.