Pauvre de lui ! Il ne sait sans doute pas de quoi il parle le « betchaara » de notre République, sans doute par manque d’éducation civique et républicaine, ou serait-ce par cécité !
Il ne sait sans doute pas que l’état de droit dans lequel nous vivons s’appelle une république et qu’une république a des valeurs : liberté, égalité (devant la loi), justice pour tous, tolérance.
Sans doute ignore-t-il qu’une de ces valeurs intrinsèques qui, de surcroît, permet à tout un chacun d’être libre dans la pratique et la célébration de sa foi tout en cohabitant paisiblement avec ses voisins, est la sécularité, qu’elle soit expressément énoncée ou pas dans notre Constitution.
Le pauvre ! En outre, il fait preuve d’une méconnaissance certaine de notre société ne sachant visiblement pas qu’une nation où foisonne une multitude de croyances demeure des plus fragiles et qu’une moindre étincelle pourrait embraser notre morcellement de communautés.
Il ne sait sans doute pas non plus que l’écrasante majorité des Mauriciens ne veulent en fait que d’une chose toute simple : vivre tranquillement le bonheur d’être nés sur ce petit bout de paradis et n’ont cure de ses vociférations.
C’est pour cela, semble-t-il, que, sous le couvert d’une douteuse légitimité que lui conférerait sa position au sein d’une association religieuse*, il se permet de temps en temps d’user de son « poukni ».
Mais voilà, qui ne dit mot consent ! Tant qu’il ne sera pas désavoué publiquement par ceux, ou plutôt, celui qui le parraine, il continuera malheureusement à se complaire dans son ignorance et finira bien par croire qu’il a lui-même raison. Le pauvre !
Mais attendez… et si… et si notre « betchaara » de la République n’était pas aussi « betchaara » qu’il ne le paraît ? Et si en fait cet individu cachait un quelconque dessein sinistre qui lui permettrait de jouir de la mansuétude des princes du jour et surtout d’amasser son petit pactole ? Et si ces déclarations à l’emporte-pièce (à priori) qui font de ce monsieur un véritable lance-flammes ambulant étaient finalement calculées et faisaient partie d’une stratégie visant à noyer d’autres poissons, plus encombrants pour ces mêmes princes du jour ?
Impossible, n’est-ce pas ? Effectivement, car si les réponses aux questions ci-énoncées étaient affirmatives, il s’agirait alors carrément d’un pyromane qui consciemment, délibérément et de manière répétée (n’appelle-t-on pas cela de la préméditation en droit ?) essaie d’embraser communalement tout un pays. Une telle personne serait passible de poursuites au pénal pour incitation à la haine raciale et notre police si prompt à arrêter des concitoyens à la moindre petite dénonciation aurait déjà embarqué l’énergumène !
Ouf ! Heureusement qu’il n’en est rien de tout cela, hein ! « Betchaara » …