Sale temps pour les bookmakers. Surtout  les opérateurs «off course». En effet, avec la Finance Bill qui sera présentée ce mercredi par le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, les bookmakers qui opèrent hors du champ de course, c’est-à-dire loin du Champ de Mars vont devoir s’acquitter d’un permis d’opération, qui est appelé dans le jargon comme le «bookmaker licence», de Rs 3, 5 millions réglables en deux tranches de Rs 1 750 000. Dans le milieux des opérateurs des «off-course» bettings, qui sont au nombre de 10 seulement à travers Maurice, c’est l’incompréhension pour ne pas dire la colère totale.
« C’est à la fois inexplicable et inacceptable ce que le gouvernement compte faire avec nous. Le gouvernement ne veut pas prendre en considération le fait que le guerre contre le betting à Maurice est avant tout la guerre contre les paris illégaux en tout genre. Cette démarche du ministre des Finances pour augmenter notre permis d’opération de quelque 1000% est la signature de notre arrêt de mort et la prolifération des bookmakers clandestins», a expliqué de vive voix des opérateurs de paris «off-course» en fin de la semaine écoulée.
Faut croire, qu’effectivement, le gouvernement à travers le ministère de Finances, a trouvé en ces bookmaker hors course,  la nouvelle poule aux oeufs d’or. C’est le moins qu’on puisse dire puisque avant le budget 2015, c’est-à-dire actuellement, le « bookmaker licence » est de l’ordre de Rs 350 000 par année, ajoutées à celle de l’opérateur qui doit payer un betting taxe de 10 % et un duty de Rs 16 000 par journée. Or avec la présentation de la Finance Bill, un opérateur de paris off-course verra son budget total augmenter de Rs 3 150 000. C’est-à-dire  le permis d’opération à Rs 3.5 million, 10% de betting taxe, un duty de Rs 16 000 par journée.
La colère des opérateurs fait rage, car ils ont constaté la disparité qui existe entre eux et les opérateurs au Champ de Mars. Le bookmaker on-course eux voient leur permis passé de Rs 350 000 à Rs 1 million seulement. La disparité est encore criante  avec les opérateurs de tote pour les courses qui vont payer Rs 3,5 millions pour …20 « outlets » à travers le pays.  «It’s realy unfair. C’est nous encourager à fermer les portes et mettre la clé sous le paillasson. Nous pensons que c’est inacceptable et le ministre des Finances doit prend en ligne de compte notre situation et faire les corrections nécessaires», s’insurge  un opérateur, joint au téléphone hier matin.