L’ex-président de l’Association mauricienne de Volley-Ball n’en démord pas. Malgré le fait que le ministre de la Jeunesse et des Sports lui ait demandé de «se retenir le temps que se terminent les 9e Jeux des Iles», Bhurun Teeroovengadum continue sa croisade contre un comité directeur illégal, dont il a été lui-même pendant un certain temps président. Dans un entretien à Week-End, celui qui reste un éducateur à travers son centre d’enseignement (Management Technology Education), explique les raisons qui l’ont poussé vers la démission et ses motivations pour forcer les autorités à mettre la main à la pâte pour donner une équipe légalement constituée pour le volley-ball mauricien. Par contre, il souligne avec force que sa conscience est claire  « de m’être dissocié complètement des affaires illégales de l’AMVB.» Entretien…