Le bhojpuri a été intégré dans les classes d’hindi depuis deux semaines. Pour éviter toute confusion entre les deux orthographes, l’écrit ne sera pas enseigné.
C’est une grande première dans l’enseignement d’une langue maternelle, notamment le bhojpuri, dans le primaire : des dessins animés ont été conçus pour initier les petits de la Std I à la pratique de la langue. Ces dessins animés, réalisés par des élèves des Beaux-Arts du Mahatma Gandhi Institute (MGI), mettent en scène des animaux familiers aux enfants. Arvind Bissessur, du comité technique assurant l’implémentation du bhojpuri en Std I et chargé de cours au département de bhojpuri : folklore et tradition orale au MGI, explique que la diffusion de dessins animés dans cette langue, fait partie du support visuel et audio de la pédagogie.
Depuis deux semaines déjà, tous les petits inscrits au cours d’hindi, participent également à un programme d’initiation au bhojpuri. Le bhojpuri, explique Arvind Bissessur, fait partie intégrante des cours d’hindi. L’enseignant, précise-t-il, n’est pas tenu à appliquer un temps spécifique à la langue. Il peut, par exemple, lorsqu’il aborde un thème dans le programme d’hindi, faire une parenthèse et passer au bhojpuri, selon le contenu du Teacher’s Handbook. 
Le programme du bhojpuri est scindé en dix chapitres. L’apprentissage de la langue passe uniquement par l’oral, d’où la décision d’inclure le chant et les poèmes dans le curriculum. Par ailleurs, les petits apprenants pourront même faire du karaoké. « Les écoles étant équipées en matériel audiovisuel, les instituteurs pourront facilement en avoir recours pour animer les classes de bhojpuri », explique Arvind Bissessur.
La quasi similarité entre l’orthographe du bhojpuri et celle d’hindi explique l’absence du passage à l’écrit dans le nouveau programme. Ainsi, pour que les petits ne fassent pas de confusion entre les deux langues, le comité technique a pris la décision de proposer une pédagogie ludique pour uniquement l’apprentissage oral du bhojpuri. Cette décision, laisse comprendre Arvind Bissessur, fait suite à des inquiétudes soulevées par des instituteurs. Ces derniers, une centaine exerçant dans les quatre zones de Maurice, ont participé à une formation dispensée par les techniciens du MGI, dont la directrice, le Dr Koonjul, préside le Higher Level Technical Committee à qui le ministère de l’Éducation a confié la responsabilité de développer le matériel pour le bhojpuri au primaire. Les enseignants, explique encore Arvind Bissessur, désireux de poursuivre leur formation pourront le faire à travers des cours pour débutants dispensés par le MGI.
Un des objectifs de l’introduction du bhojpuri au primaire, rappelle Arvind Bissessur, est de promouvoir et perpétuer la tradition culturelle que représente la langue. À titre d’exemple, les petits apprendront des chants traditionnels. D’ailleurs, en marge des célébrations marquant l’indépendance, ils apprendront des chansons, entre autres, qu’ils présenteront lors du flag raising day à l’école.
Après avoir développé les supports et le programme du bhojpuri pour la Std I, le comité technique se penche déjà sur le curriculum pour la Std II.