Dans une correspondance envoyée au directeur du Mauritius Institute of Education (MIE), en début d’année, avec copie au ministère de l’Éducation, l’institut est sollicité par la Mauritius Library Association (MLA) en vue d’élaborer une formation professionnelle à l’intention des bibliothécaires des établissements secondaires, et ce afin que ces derniers puissent travailler de manière plus efficace. « Nous attendons toujours une réponse du directeur du MIE », affirme, au Mauricien, le président de la MLA, Gheerishsing Gopaul.
Dans sa lettre, Gheerishsing Gopaul relève les différentes tâches qu’effectue un bibliothécaire scolaire, précisant qu’à Maurice celui-ci ne détient que des qualifications académiques, notamment un certificat en tant que “Library Clerk” et un diplôme pour les “Library Officers”. Cependant, ils n’ont aucune formation pédagogique et ne peuvent offrir un service professionnel aux élèves, comme à l’étranger ou dans les écoles internationales présentes sur le territoire mauricien.
Le président de la MLA souligne que les bibliothécaires ont « un rôle important » à jouer dans la vie de l’élève. « Library services act as a support in the school curriculum by encouraging students to read and also by strengthening their reading and thinking skills », affirme-t-il. Ces personnes opèrent selon un programme établi et par conséquent travaillent avec les élèves de tous les niveaux.
Outre la gestion de la bibliothèque, le bibliothécaire de même que son assistant, poursuit-il, sont appelés à superviser les classes en l’absence des professeurs, à assurer la surveillance en période d’examens ainsi qu’à participer à l’organisation des événements majeurs à l’école, comme la journée sportive, la fête nationale ou la cérémonie de remise de prix. À l’occasion des Journées nationales ou internationales, à l’instar de celles de l’abolition de l’esclavage, de la femme et de l’environnement, les bibliothécaires ont pour tâche d’organiser des activités visant à sensibiliser les élèves et à élargir leurs connaissances. En sus de proposer des livres aux élèves, ils ont aussi pour responsabilité de les soutenir dans leurs recherches sur Internet pour la réalisation de leurs projets; de les encourager à la lecture de même qu’à faire le résumé des textes lus pour évaluer leur compréhension; de vérifier leurs carnets de vocabulaires; et même d’offrir de proposer des soins pastoraux.
C’est dans ce contexte, écrit le président de la MLA, que « les bibliothécaires ont besoin d’une formation pédagogique » pour travailler avec les élèves. « Les statistiques démontrent clairement que la performance des élèves concernant la maîtrise des langues est en déclin, et ce en raison d’un manque de lecture », dit-il. Et de souligner : « Though it is true that the work is being done, still we are confident that it would have been much more advantageous and professional if we could receive pedagogical training. Therefore we are urging the M. I. E to kindly consider our proposal of implementing an appropriate/tailor-made pedagogical course for school library staff. » Une telle formation, dit-il, est en ligne avec la politique gouvernementale « afin de pourvoir une éducation de qualité aux enfants mauriciens ». Afin de concrétiser ce projet, le président de la MLA sollicite une rencontre avec le directeur du MIE.