C’est l’heure de la rentrée scolaire et professionnelle. Le stress pointe son bout de nez. Pour éviter le blues après-vacances, voici quelques conseils pour bien commencer ce retour à la routine et entamer cette transition, tout en restant serein et retrouver ses repères.

Finis le farniente et la dolce vita. Place au travail, aux devoirs d’école, à la routine ou encore aux heures passées dans les transports. La reprise après les congés et les fêtes de fin d’année est parfois difficile. Et s’accompagne souvent d’un petit coup de blues. Mais ne vous inquiétez surtout pas, puisque c’est normal. En effet, la rentrée professionnelle ou scolaire est une période de transition. On passe d’un état de grande liberté à un environnement de grande contrainte. Une période d’ajustement est donc nécessaire pour changer ses habitudes. La première étape consiste à faire le deuil des vacances, tout en se disant que l’on va y arriver, car on y arrive chaque année. Pour se remobiliser et se réadapter, l’idéal est de se donner des objectifs modestes au début.

Ne pas se laisser gagner par le stress

Qui dit rentrée dit souvent période de rush. De reprise des dossiers, des réunions ou des projets. Une effervescence qui contraste avec l’oisiveté si agréable des vacances. Très souvent, on oublie que tout n’est pas essentiel. Il faut donc apprendre à trier ce qui est urgent et important de ce qui l’est moins ou pas du tout. Ainsi, le mot d’ordre pour combattre la pression est de hiérarchiser les tâches et priorités, comme mettre en place un rétroplanning, c’est-à-dire une liste de ce qu’on doit avoir fini pour le milieu, puis pour la fin du mois.

Continuer à cultiver certains plaisirs

Savourer des apéritifs, prendre le temps de partager, en couple ou en famille, de bons petits-déjeuners ou encore du covoiturage pour se rendre au travail. La rentrée ne sonne pas le glas de tous les plaisirs que l’on s’octroyait en vacances. Au contraire. Il est important de prendre du temps pour soi et de ne pas faire l’impasse sur les moments de détente. En fait, les vacances sont l’opportunité de mettre en place de nouvelles façons de fonctionner. Comme commencer une activité sportive, changer son comportement alimentaire, apprendre à vivre le présent. Ainsi, vous pouvez, une fois la reprise, transformer ces comportements en habitudes dans votre vie quotidienne.

Ne pas prendre trop de résolutions

Quand on pense rentrée, on pense souvent nouvelle année qui commence, voire nouveau départ. Et il est tentant de prendre, à cette occasion, de bonnes résolutions. Se mettre au sport, ne plus laisser de piles s’amonceler sur son bureau, arrêter les horaires à rallonge. Or, souvent on veut trop en faire, d’autant plus que l’on n’a pas forcément tenu nos résolutions précédentes. L’idéal est de définir un objectif spécifique, mesurable, réaliste.

Réadapter son sommeil

C’est le point le plus important pour être en forme lors de la reprise au bureau ou à l’école, l’horloge biologique ayant été quelque peu modifiée durant les fêtes et les vacances. Au moment de la reprise, le réveil sera plus matinal. Il est donc important de se coucher à une heure raisonnable. Cependant, pour les plus jeunes, la phase de réadaptation est particulièrement importante. Les parents doivent faire en sorte de les aider à retrouver des bornes de sommeil. Sans cela, les enfants sont fatigués et ont du mal à suivre la cadence à l’école.

Se dérouiller en douceur

Pour les enfants, il existe une foule d’alternatives comme la lecture, les jeux éducatifs, l’initiation à la musique, au sport ou au dessin. L’objectif est de s’amuser mais aussi de solliciter la curiosité de vos enfants et leur soif d’apprendre. Chez les adultes aussi, l’apprentissage d’une langue, d’un instrument de musique, la lecture, l’initiation aux échecs ou encore aux mots croisés sont autant de solutions pour maintenir ses neurones en éveil. Quelques exercices de relaxation peuvent également permettre de retrouver la concentration et l’attention qui est nécessaire à la reprise. Un travail sur l’estime et la confiance en soi permet de démarrer sur les meilleures bases possibles.


Dans sa forme, comme dans sa pratique, la relaxation pour enfants est très différente de la relaxation pour adultes. Avec les adultes, il est possible de travailler dans la durée et de façon relativement linéaire et répétitive. À l’opposé, la relaxation pour enfants demande une approche basée sur des exercices courts, renouvelés et qui alternent mouvements et périodes de calme. Pratiquez la relaxation avec vos enfants, c’est aussi prendre le temps, s’aménager une pause, un moment particulier et privilégié de complicité. Les aider à se relaxer implique aussi de se relaxer soi-même.

Remettre les enfants dans le bain de la rentrée

Si votre enfant n’a pas eu le temps durant les vacances, essayez quelques révisions de quelques cours et exercices pratiques. Pour les plus grands, aidez-les à préparer un programme de travail de leurs matières clés, sur lequel ils pourront travailler une à deux heures par jour.