Courant mai, le Rising Sun Spa a ouvert ses portes à Curepipe. La concrétisation d’un rêve vieux de 18 ans de sa gérante Meenal Ramlaggun-Arnachellum, qui a décidé de se mettre à son propre compte pour pouvoir passer plus de temps avec sa famille tout en poursuivant sa carrière d’esthéticienne avec l’objectif « de faire du bien aux gens en leur rappelant qu’ils ont un corps et qu’il faut en prendre soin ».
C’est dans une ancienne maison, sise rue Pope-Hennessy, à Curepipe, que cette esthéticienne – qui compte une longue expérience mauricienne et internationale dans les divers soins aux corps et au visage – a décidé d’installer son spa, le Rising Sun Spa. « Avec mon mari, nous avons choisi de reconvertir une maison en spa pour créer une ambiance “cosy” », affirme-t-elle au Mauricien. Ainsi, les chambres ont été reconverties en salles de massage : trois au total, dont une double. Le spa compte aussi un espace aménagé pour les soins du visage, la manucure et la pédicure, un jacuzzi et une salle pour les bains de vapeur. « Elle peut accueillir jusqu’à 6 personnes à la fois. » Une baie vitrée donne sur l’extérieur pour laisser pénétrer la lumière du jour et une autre sur l’intérieur. « On a choisi des baies vitrées pour que les clients ne se sentent pas enfermés, surtout ceux qui craignent les endroits clos. Mais l’intimité est garantie. La vapeur les rend opaque. Le lieu est sécurisé », affirme notre interlocutrice. Elle ajoute que, pour respecter l’intimité des uns et des autres, « on demande aux clients de venir avec leurs maillots de bain, mais la maison en propose aussi des jetables ».
Parmi les soins proposés : un gommage au savon noir, qui élimine les cellules mortes et prépare la peau pour un bain de boue, qui « aide à relaxer les muscles », fait ressortir notre interlocutrice. « C’est le rituel du hammam. » Elle y utilise aussi de l’hydrolat de rose.
 « Massages »
Meenal Ramlaggun-Arnachellum a opté pour des soins à partir des produits en provenance du Maroc et d’Espagne surtout. Des produits adaptés aux peaux basanées. Au niveau du massage, elle en propose trois catégories : un pour les sportifs (elle utilise une huile qui relâche la tension musculaire), un pour ceux qui souffrent de douleurs (une huile antalgique) et enfin un pour ceux qui sont stressés, composé d’une huile antistress.
En outre, ceux qui souhaitent un éclaircissement de la peau peuvent opter pour ce soin spécialisé. Notre interlocutrice précise toutefois qu’il n’est pas adapté à tous types de peau. « Les peaux sensibles ou à tendance acnéique doivent l’éviter », affirme-t-elle. De même, il n’est pas recommandé aux femmes enceintes ou à celles qui allaitent. Ce soin, poursuit notre interlocutrice, est seulement adapté pour le visage, et non le corps. Parmi la multitude de soins pour le visage, on note aussi des soins antirides à partir de 25 ans et de 40 ans. La durée des soins varie en fonction de ce que le client recherche. Elle peut être de 30 minutes pour un simple gommage du corps ou pour revitaliser des jambes lourdes, ou encore de trois heures pour une « tranquil beauty », qui est une gamme de soins complète, fait ressortir Meenal  Ramlaggun-Arnachellum.
Cette dernière a une longue expérience en tant qu’esthéticienne. Si, plus jeune, elle se passionnait pour les arts visuels, c’est en passant du temps dans la pharmacie de son père, durant les vacances scolaires, que la jeune femme découvre les produits de beauté et se familiarise avec. « Je lisais la notice de chaque produit », affirme-t-elle. Et c’est ainsi que, petit à petit, elle s’intéresse à la cosmétologie. « Au départ, je voulais être styliste, mais on me disait qu’il n’y avait pas d’avenir dans ce domaine. Mon père m’a beaucoup encouragée quand j’ai décidé de me lancer dans la cosmétologie. » Elle s’inscrit donc pour un BTS Métiers de l’esthétique-cosmétique-parfumerie avec option cosmétologie en France. Une formation professionnalisante qui l’oblige, tout le long de la durée de la formation, à faire des stages en entreprise. C’est ainsi qu’elle est prise chez Givenchy, à Versailles. Et c’est tout naturellement qu’elle est employée par le groupe, qui gère un spa à l’hôtel Saint Géran, à son retour à Maurice. Au bout de trois ans, elle est embauchée comme Spa manager à l’hôtel Hilton, où elle développe « un nouveau concept ».
Meenal  Ramlaggun-Arnachellum travaillera dans d’autres établissements hôteliers, mais entre-temps, s’étant rendue compte de la vitesse à laquelle les enfants grandissent en devenant maman, elle décide de laisser de côté le côté glamour des hôtels pour se mettre à son propre compte.
« Concrétisation d’un rêve »
« Avoir mon propre spa a été un rêve depuis que j’ai commencé ma formation. Quand j’ai commencé à travailler à l’hôtel, c’était très motivant. En plus, il y avait ce côté glamour. Mais le rêve ne s’est jamais évanoui. Il est resté là, quelque part », souligne notre interlocutrice.
À la question de savoir si elle ne regrette pas de ne pas avoir poursuivi son rêve initial, celui de devenir styliste, elle répond tout simplement « non ». Meenal Ramlaggun-Arnachellum aime ce qu’elle fait. À mesure qu’elle avançait dans le métier, celui-ci la passionnait davantage. « C’est tellement gratifiant de faire du bien aux gens. La vie est complexe et là, on a l’occasion de s’occuper des gens, de leur faire oublier leurs problèmes, le temps d’une séance de massage. On les embellit. On rappelle aux gens qui ils sont et on les amène à se rappeler qu’ils ont un corps. » Ce bonheur, Meenal Ramlaggun-Arnachellum souhaiterait aussi le procurer aux enfants dans un proche avenir.
Le Sun Rising Spa est ouvert tous les jours de 9h30 à 17h30, sauf les dimanches. Il est recommandé d’y arriver un quart d’heure à l’avance et de prendre rendez-vous au préalable en appelant le 674-2648.