Un mois après avoir travaillé sur le projet qu’il a proposé pour la Biennale arts actuels Réunion, l’artiste Kavinash Thomoo décide d’en créer un deuxième puisant son inspiration de la résidence qui accueille une trentaine d’artistes de 16 pays. Il incorpore ainsi dans sa thématique initiale qui tournait autour des questions environnementales, la psychologie humaine. L’exposition dans le cadre de cette biennale prend fin demain au Port.
Pour sa première expérience en résidence à l’étranger, notre compatriote a proposé de travailler sur l’environnement et le réchauffement climatique. « J’ai fait une installation pour montrer les différents éléments de la nature et les conséquences du réchauffement climatique », souligne Kavinash Thomoo. Par la même occasion, l’artiste a choisi de travailler à partir des matériaux recyclés.
« J’ai complété mon projet en un mois et j’ai profité pour en proposer un deuxième », explique l’artiste. Une autre installation, photographique cette fois. « C’est un nouveau genre d’installation. J’ai servi l’espace pour narrer une histoire à partir de 33 photographies. Des autoportraits que j’ai fait en studio et retravaillés », souligne notre interlocuteur.
« Il s’agit d’une conversation entre l’homme et la nature. J’ai voulu travailler sur les émotions en résidence », soutient Kavinash Thomoo. « Il s’agit d’une accumulation de sentiments : la joie, l’amitié, le stress du travail, la frustration et la solitude, puis quand on est loin de la famille ».
Kavinash Thomoo note également un incident sur place : un artiste s’est fait agressé par des individus. Par conséquent, laisse-t-il entendre, il y a eu un changement concernant le lieu de l’exposition et « nous avons eu à nous adapter au nouvel espace ». Il rappelle que la thématique dominante de la biennale met l’accent sur le lien entre l’homme et la nature.
Si notre interlocuteur a choisi l’installation, c’est parce que la biennale le recommandait. Kavinash Thomoo affirme cependant être aussi à l’aise avec les autres techniques qu’elle soit l’art numérique ou plus traditionnel, la peinture. Tout en concédant que les installations sont la nouvelle tendance, il précise aimer un mélange de techniques.
La troisième édition de la Biennale arts actuels Réunion est organisée par l’association Antigone (Art naissant de territoires d’Imaginaire de Générations ouvertes, novatrices et évolutives).
La sélection des artistes s’est faite à partir d’un dossier qu’ils ont soumis et par un jury international. Ils ont été accueillis à l’École supérieure d’art de la Réunion au Port et ont été en résidence pendant trois mois à Dos d’âne (La Possession) pour finaliser leur oeuvre.