Quels sont les événements qui ont marqué notre pays et le monde en 2011 ? Plusieurs acteurs locaux nous font part de leurs observations. De la politique à l’art, en passant par l’action du Blok 104, nos intervenants brassent large, en fustigeant les scandales dans l’arène politique…
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Ashok Subron (Militant Rezistans ek Alternativ) :
“Le combat contre le communalisme a connu une belle avancée”

“Le combat contre le communalisme, enclenché par Rezistans ek Alternativ, a connu une belle avancée en 2011. Le rapport officiel qui met en question le fondement du principe du Best Loser System (BLS) est un grand pas. Le jugement du Privy Council, même s’il ne s’est pas prononcé directement sur le sujet, mentionne qu’il y a des “strong arguments” pour contester le BLS. Cela représente une avancée historique pour le pays.
Il y a aussi eu la cassure au sein de la majorité gouvernementale, qui n’a pas traversé les épreuves de 2011. Et cette cassure a pour fond la proximité parti politique/famille/business. Cette situation politique n’a pas profité à la classe ouvrière mais à la classe capitaliste; pour preuve, le budget de Xavier Duval.
Autre fait marquant de 2011 : le non event concernant les amendements des deux lois de travail, Employment Rights Act et Employment Relations Act, malgré les nombreuses mobilisations et manifestations de CSG Solidarité.
Il faut aussi évoquer le courage de Rehana Ameer qui a su tenir tête à Dan Callikan.
Sur le plan mondial, le processus de révolution dans les pays arabes est un événement historique. Avec le mouvement Occupy, nous sommes entrés dans une phase de crise du capitalisme…”
–––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Zanzak (chanteur) :
“Les alliances politiques ne tiennent plus”

“Tous ces princes du Moyen-Orient qui sont tombés face à la révolte du peuple : Kadhafi, Moubarak… Il y a un moment où le peuple n’en peut plus et sa révolte est sans limite.
Sur l’échiquier politique local, on a pu constater que les alliances ne tiennent plus. Il y a une nouvelle ère qui démontre bien qu’on ne peut plus faire confiance aux alliances. Surtout lorsqu’elle est composée de princes d’une dynastie. Le peuple doit tenir compte de cela.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Jonathan Ravat (chef de département, Institut cardinal Jean Margéot) :
“Chamboulement politique”

“Les remous politiques sur fond de scandales ont captivé mon attention. Pas uniquement l’affaire Medpoint. Il y a aussi eu la cassure, le rapport de l’audit démontrant le gaspillage des fonds publics. Cette année a été beaucoup chamboulée par la chose politique. Mon analyse n’est pas de dire que la situation est chaotique. Il nous faut nuancer nos propos. Je ne dis pas que le pays est sans leadership, mais il y a un jeu de musical chair qui interpelle. Cela ne me dégoûte pas de la politique, car il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Certains politiciens sont véreux, pas tous.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Ibrahim Koodoruth (sociologue) :
“La lutte contre la corruption loin d’être gagnée”

“La cassure entre deux des partis de l’alliance de l’Avenir est le fait marquant de cette année. Sans elle, nous n’aurions jamais su les dessous de l’affaire Medpoint. Cela a aussi fait ressortir d’autres cas, car les deux partis en ont profité pour laver leur linge sale en public. Ce qui nous démontre que tant que l’on pourra manipuler les institutions comme les partis au pouvoir le font, la corruption sera toujours présente. La lutte contre la corruption est très loin d’être gagnée.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Meera Mohun (Chanteuse) :
“Une année de surprises”

“2011 a été une année tellement chargée de bonnes comme de mauvaises choses qu’il y a beaucoup à dire. Ce fut l’année de beaucoup de surprises dans le monde, dans les pays arabes et chez nous sur le plan politique. Au final, je souhaite que toutes les mauvaises choses soient effacées et qu’on laisse la place à de bonnes vibrations pour entrer dans 2012.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Krishna Luchoomun (plasticien) :
“Abolition du Best Loser System”

“L’abolition du Best Loser System est une belle action. Je ne pense pas que cela va éradiquer le mal du communalisme, mais c’est un pas dans le bon sens. Il y a encore du chemin à faire, mais c’est déjà un bon signe.
Sur le plan artistique, outre les projets de pARTage, je n’ai rien vu de marquant cette année. On n’a rien entendu sur la Triennale à Maurice ou encore sur le musée des arts. C’est le vide total…”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Jayen Chellum (ACIM) :
“Dévalorisation de nos institutions”

“Le nombre de scandales qui n’ont pas été résolus, comme celui de Medpoint, est un signal flagrant de la dévalorisation de nos institutions. Cela confirme qu’il existe bel et bien une politique de deux poids, deux mesures, et atteste du dysfonctionnement du système. Surtout au niveau de la force policière, qui tend à devenir un bouledogue sans dents au service du pouvoir.
Il y a un manque de réaction de la société qui est aussi inquiétant. Comment peut-on être apathique devant tant de scandales ? Et face à la MBC qui est devenue une boîte de propagande du pouvoir ?
Les projets du gouvernement sont balancés et basculés comme des lettres à la poste sans une evidence base policy, et plusieurs sont des travaux inutiles qui coûtent des millions. Le gouvernement est aussi responsable de la mauvaise gestion de l’eau et des problèmes à Mare aux Vacoas.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Ravi Jetsan (bijoutier/artiste) :
“La solidarité et l’espoir sont encore présents”

“Avec le projet HOPE, que j’ai lancé cette année, j’ai pu constater que l’élan de solidarité chez les Mauriciens est toujours présent. Il y a encore de l’espoir pour ceux qui croient et qui vivent en tant que Mauriciens. Avec l’action du Blok 104, c’est un signal fort, attestant qu’il y a des gens qui se sentent Mauriciens avant tout. C’est une étape importante pour avancer vers cet idéal de la pensée mauricienne.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Shimanda Mungur (activiste) :
“Arete ek sa bann manier magouyer la”

“An 2011, tou dimounn ti ape atann eleksion minisipal, ki ziska zordi zour ankor pe atann. Zafer Medpoint finn les plis ki 1 bous be, e sitwayen ankor pe atann. Enn vre fiasko politik akot pe pran dimounn pou boufon. Me erezman, ena bann dimounn ki ankor krwar ek bann ki pe gagn kouraz montre zot determinasion pou dir : arete ek sa bann manier magouyer la. Zour apre zour dan 2011, bann nouvo issues finn devwale. Koumadir ti enn lane pou donn bann Morisien sirpriz ek montre nou a ki pwin bann zafer dans le sombre.
Bann travayer Infinity ki pa tinn gagn zot saler, ki ziska ler pankor gagn zot kas ek kot Misie-la ankor pe promne dan so gro palto ek lezot sant dapel ki li ape zere ziska zordi zour. Ena boukou problem dan Moris me ena boukou sitwayen ki determine pou al pli divan.
Kouraz bann sitwayen depi kat kwin kote de par zot konviksion pe montre nou ki ena ankor lespwar ek ki zot pou kontigne fight ziska ki zot trouv lekleraz (Jeff Lingaya, Rehana Ameer, Rezistans ek Alternativ & Blok 104, 2,000 dimounn ki ti desann dan lari pou montre ki they’ve got enough of the system telman li pouri ek koronpi.
Mo espere ki pou ena mwin dominer e ki laliberte dexpresion pou kontigne existe. Mo espere ki bann zournalis pou nepli bizin al dormi dan kaso akoz zot inn koze e ki bann zafer kapav rezoud par bann fine kan zot al or-kad olie fer zot dormi dan kaso. Alor ki ena bann gro-gro ka frod ek koripsion ki pourtan les bann-la an tout liberte, ziska mem ki lakour res ouver apre 1-er zis pou sertin dimounn…
Mo espere ki bann zelev dan liniversité pou nepli bizin sibir diskriminasion ou viktimizasion akoz zot oze fer antann zot lavwa kan zot pa dakor.
Mo espere nou pou ena enn lil Moris kot pou nepli ena “All animals are equal… But some more equal than others.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Ameeksha Dilchand (Miss Mauritius 2011) :
“The victory of the good on the bad”

“Malgré tout ce qui se passe dans la vie, on arrive toujours à trouver la lumière au bout du tunnel. L’année 2011 nous a montré que le bien l’emporte toujours sur le mal, à Maurice comme ailleurs. Je pense à la capture et à l’exécution de Ben Laden, sur le plan international. Chez nous, on est en plein développement : notre île change, évolue. Nous allons vers la modernité et c’est une grande chose pour nous.
Sur le plan personnel, c’est ma consécration comme Miss Mauritius. Grâce à ce titre, je me fais ambassadrice de mon île et je fais la promotion de cette destination lors de mes voyages à l’étranger. Je suis fière d’être Mauricienne.”
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Rajiv Sobhee Hurry (économiste) :
“La crise financière ne fait que commencer”
“Nous avons assisté à une série de crises financières et économiques sur le plan international, avec le crash des bourses, la crise de la zone euro… Nous nous trouvons dans une phase critique, et malgré les discours sur un retour à la normale en 2012, nous sommes loin d’être sortis de cette incertitude ambiante de la finance mondiale. Notre bourse aussi est en déclin, avec 5% sur l’indice Semdex. Au vu de la situation, il faudra se préparer pour les prochaines vagues et être plus prudents.”