La mise à exécution des composantes du nouveau Business Model ravive la confiance au sein de la compagnie aérienne nationale, Air Mauritius, même si elle ne voit pas encore la lumière au bout du tunnel. En effet, pour le premier trimestre de l’exercice financier en cours et se terminant à la fin de juin, le bilan financier s’est soldé par des pertes de 10,4 millions d’euros, soit un peu plus de Rs 400 millions. Ces pertes sont inférieures au déficit de 11,9 millions d’euros enregistré pour le précédent exercice.
De ces 10,4 millions d’euros de pertes au cours de ces trois mois se terminant au 30 juin dernier, environ huit millions sont attribués aux mouvements défavorables du change de l’euro par rapport au dollar américain sur le marché international. Le taux de change de l’euro vis-à-vis du dollar est passé de 1,44 à 1,28 pendant ces trois mois alors qu’une certaine accalmie s’est fait sentir sur le front du cours mondial du pétrole.
Commentant la performance d’avril à juin, la direction générale d’Air Mauritius avance que « ce premier trimestre est donc conforme aux prévisions avec un solde net négatif de 10,4 millions d’euros (en légère amélioration de 1,5 million d’euros sur l’exercice précédent), reflétant ainsi l’atonie des secteurs touristiques et aériens. La facture du carburant reste stable mais la dégradation des taux de changes (notamment euro/dollar) alourdit les comptes de 8 millions d’euros, par rapport à l’exercice précédent. À taux de change constant, la compagnie aurait réduit ses pertes à 2,4 millions d’euros pour le trimestre. »
Sur le plan purement opérationnel, le premier trimestre de l’exercice financier en cours, considéré comme étant le plus difficile, Air Mauritius enregistre des signes positifs. La progression du nombre de passagers transportés est de 7,4 % pour établir « une nouvelle pointe de 292 449 (la capacité déployée en augmentation de 9,1 % et atteignant ainsi un record de 430,106 sièges) alors que les arrivées touristiques progressent de 2 % pour le trimestre. » Le taux de remplissage est de 74,9 %, soit sensiblement la moyenne enregistrée de janvier à mars de cette année. Les revenus opérationnels de 104,5 millions d’euros, soit une hausse de 12,5 %, représentent un nouveau record.
« L’augmentation de notre part de marché, et ce malgré une concurrence accrue, démontre la pertinence et la cohérence de la politique commerciale de la compagnie. Ces résultats confortent le statut de la compagnie en tant que leader et premier partenaire pour le secteur touristique et sont de bon augure pour le reste de l’exercice », note le communiqué officiel d’Air Mauritius marquant la publication des résultats trimestriels.
La direction générale d’Air Mauritius se félicite de son choix stratégique visant à « rééquilibrer sa croissance vers les pays du pourtour de l’océan Indien et de l’Asie. » La suppression des vols longs courriers et le renforcement du réseau autour des hubs courts et moyens courriers annoncés en février dernier devront permettre d’accélérer ce rééquilibrage nécessaire avec les effets ne se faisant sentir qu’au second semestre.
En conclusion Air Mauritius avance que « le plan de transformation progresse de manière satisfaisante et plusieurs interventions ont déjà été enclenchées sur le réseau, le commercial, le “revenue management” et la réduction des coûts. » Néanmoins, les incertitudes demeurent au niveau de la crise économique mondiale, notamment les difficultés majeures en Europe (avec la concurrence féroce, la volatilité du prix du carburant et le taux de change euro/dollar).