Accroissement par 223% en un an des profits après impôts pour atteindre la somme de Rs 124,4 millions ; un retour sur l’investissement qui passe de 5.6% à 13.3% ; accroissement des revenus par action passant de Rs 0.78 à Rs 2.13 et croissance par 73% des prêts consentis aux clients qui passent, en un an, de Rs 4.9 milliards à Rs 8.5 milliards : ce sont là, quelques-uns des points saillants du bilan financier du groupe bancaire AfrAsia pour l’année s’achevant au 30 juin 2011.
En marge de la publication de ce quatrième bilan financier d’AfrAsia, James Benoit, le Chief Executive Officer (CEO) de ce groupe bancaire, explique la bonne performance de son établissement par divers facteurs dont une meilleure visibilité, tant au niveau du marché local qu’à celui de la région, ainsi qu’avec la diversification et l’amélioration continues des produits et services offerts par AfrAsia. Ce qui, indique-t-il, s’est traduit par une fidélisation accrue de la clientèle, particulièrement au niveau des marchés ciblés, tels l’Inde et l’Afrique du Sud.
« Notre stratégie visant à être la banque de référence et la plate-forme idéale en vue de desservir le flux croissant de capitaux et de commerce liant l’Asie et l’Afrique commence à porter ses fruits et à être reconnue, tant par les hommes d’affaires que par les entreprises », indique M. Benoit. Et de souligner, à ce propos, que les marchés indien et sud-africain représentent, actuellement à eux seuls, quelque 42% du portefeuille de crédit de sa banque.
D’un capital souscrit de départ de Rs 250 millions à sa création en octobre 2007, AfrAsia Bank avait atteint une capitalisation de l’ordre de Rs 922 millions à juin 2011 en s’adjoignant, notamment, un actionnaire stratégique international : le groupe PROPARCO, Private Equity Fund français à capitaux d’Etat. La banque a aussi soulevé auprès de principaux investisseurs institutionnels mauriciens une somme de Rs 417 millions sous forme de bons subordonnés sans garantie dans le but de soutenir davantage sa croissance en matière de dépôts et de prêts et, ainsi, porter son capital à un niveau de Rs 1.5 milliard à la fin de juin 2011.
« La croissance régionale et mondiale demeurent les piliers essentiels des stratégies de croissance d’AfrAsia Bank et notre performance pendant les dernières années couplée à notre capital renforcé et diversifié nous offrent de grandes possibilités d’expansion », explique James Benoit. Le CEO d’AfrAsia, qui souligne qu’environ 50% des activités de ce groupe bancaire provient de l’étranger, particulièrement, de l’axe Inde/Afrique du Sud, laisse entendre qu’il existe encore d’énormes possibilités d’exploiter le corridor du commerce Asia/Afrique.
D’où, explique M. Benoit, la décision de sa banque de cibler agressivement les marchés de la COMESA et de la SADC. « Nous envisageons d’accroître davantage notre base de capitaux de manière significative durant cette année fiscale et procéder à de nouveaux investissements régionaux dans des banques et autres fonds de gestion qui nous fournirons l’échelle et la croissance dans la « corporate and private banking ». Selon le CEO d’AfrAsia, le groupe bancaire devrait alors être en mesure d’être coté en Bourse pour une première fois, vraisemblablement, au début de 2013.