Deux nouvelles variétés de canne à sucre, les M 1002/02 et M 915/05, ont récemment été homologuées par le Cane Release Committee, qui s’est réuni le 29 avril dernier. La présentation de ces deux nouvelles variétés a été effectuée hier par le directeur du Mauritius Sugarcane Industry Research Institute (MSIRI), Salem Saumtally, en présence de la communauté des planteurs et des sucriers.
Ces deux nouvelles variétés ont été évaluées selon leurs caractéristiques agronomiques, leurs réactions aux maladies, leurs rendements en canne et en sucre, leur richesse saccharine et leur capacité de repousse, entre autres facteurs. Il faut noter que le développement d’une variété prend au moins dix ans, durée pendant laquelle celle-ci est évaluée dans différents environnements et conditions climatiques ainsi qu’en termes de résistance aux maladies et aux insectes ravageurs, et ce afin de déterminer son potentiel à la culture industrielle. Après plusieurs années de recherches, la décision d’homologuer les variétés de canne est alors prise par le Cane Release Committee, qui regroupe les producteurs, les autorités compétentes et des chercheurs pour juger sur la performance par rapport aux variétés déjà en culture.
Il convient de souligner que la création de variétés de cannes à sucre à Maurice a débuté en 1891. Cette découverte intervenait une année après la Barbade, en 1890, où il avait été observé que la canne pouvait être croisée pour obtenir des nouvelles variétés. Cela fait 125 ans cette année que la canne est soumise à des recherches pour en créer de nouvelles variétés. Selon Salem Saumtally, directeur du MSIRI, de 1891 à ce jour, la création de variétés a été d’un apport considérable pour améliorer la productivité et la profitabilité de l’industrie sucrière mauricienne. Ce dernier a également parlé de la nouvelle orientation du pôle recherche de la MSIRI pour plus d’efficacité et d’efficience. L’institut a établi un nouveau programme de recherche pour la période 2016-2020. Ce plan circule actuellement parmi les “stakeholders” pour être soumis à discussions. Il devrait être finalisé ce mois-ci.
L’occasion a aussi été donnée pour le MSIRI de faire une rétrospective de la récolte 2015. Un déclin a été constaté dans la superficie de canne sous cultures avec 52 287 hectares au total. De même, une baisse dans la production de sucre a été notée avec une production de 366 070 tonnes l’an dernier. Cette contre-performance est attribuée aux conditions climatiques qui ont prévalu, notamment du fait d’une pluviométrie au-dessus de la normale. Le taux d’extraction a été, l’an dernier, de 9,14%. Quant aux régions ayant connu les meilleurs rendements, elles demeurent le nord et l’ouest, tandis qu’une déficience a été notée au centre, dans l’est et au sud.