Le comité chargé de la gestion de l’eau et la Central Water Authority maintiennent la même rigueur en ce qu’il s’agit de notre réserve en eau et la distribution à travers le pays. Malgré une légère amélioration de l’état de nos réservoirs, pas d’assouplissement majeur prévu si ce n’est un léger prolongement temporaire des heures d’approvisionnement pour le Plateau central.
Au lendemain du passage de Dumilé, le comité pour la gestion de l’eau s’est réuni hier pour passer en revue la situation de l’eau avec la participation des conseillers et techniciens du ministère des Services publics, des responsables du Central Electricity Board (CEB), de la Water Resources Unit (WRU), de la station météorologique de Vacoas et de l’état major de la Central Water Authority (CWA). Cette réunion cruciale, présidée par le Deputy Prime Minister et ministre des Services publics, Rashid Beebeejaun, a permis de faire un constat post-Dumilé à trois niveaux. D’abord, la disparité en termes d’apport en pluviométrie selon les régions. « Chaque région a été étudiée au cas par cas. Il subsiste une grande variation entre différents endroits dans la répartition des pluies. À Arnaud, l’on a recueilli au 2 janvier 123,8 mm mais que 36 mm à Quatre-Bornes », indique Bishek Narain, responsable de communication à la CWA. Ensuite, ces pluies, qui se sont abattues sur l’île, n’avaient pas les mêmes caractéristiques des pluies d’été, étant plutôt causées par les bandes nuageuses du cyclone Dumile. Les grosses pluies d’été, qui, en général, font le plein de nos réservoirs, sont toujours attendues. Et en troisième lieu, l’état de nos réservoirs a connu une légère amélioration à en croire leur taux de remplissage entre le 1er janvier et le 4 janvier (voir tableau), mais encore faut-il souligner qu’ils sont remplis à moins de 50 % pour la plupart, d’où la décision de la CWA de continuer à jouer la carte de la prudence et de maintenir la rigueur. Pas de relâchement des mesures instaurées en matière de distribution d’eau, si ce n’est qu’un léger assouplissement pour le Plateau central. Là où le robinet coule pour une heure, voire deux à raison d’une fois par jour, les heures d’approvisionnement pourraient être prolongées. Mais cette mesure sera temporaire, précise le chargé de communication à la CWA. Il n’est pas question de gaspiller nos ressources en eau, a bien fait comprendre le Deputy Prime Minister, car il faut penser au long terme. De ce fait, la prudence reste de mise au sujet de la distribution d’eau, fait-on comprendre. Le public est encouragé à continuer à utiliser l’eau de pluies pour les usages non-domestiques comme le lavage de voitures ou le nettoyage. Concernant les nappes phréatiques, on connaîtra la semaine prochaine l’apport en pluviométrie.
Par ailleurs, les techniciens de la CWA ont eu fort à faire durant l’épisode Dumilé. À Rivière-du-Poste, la boue a causé l’obstruction d’une pompe, ce qui a conduit à l’arrêt de la production d’eau. Un système parallèle a été mis en place afin de pomper l’eau de la rivière. La distribution d’eau dans les régions de Savanne, Rivière-des-Anguilles, Tyack, Britannia, St-Aubin, Batimarais et Riambel a été perturbée. Toutefois, à hier après-midi, cette alternative commençait à produire des résultats satisfaisants aux dires de Bishek Narain. Même scénario malheureux à Deep River Beau Champ où la boue est mise en cause, affectant la distribution d’eau à Grand-Sable, Petit-Sable, Olivia, Belle-Rive, Montagne-Blanche et Sébastopol où le débit est irrégulier. La CWA a dû, jeudi, mobiliser six camions citernes alors que dans le Sud, huit véhicules ont été dépêchés. L’Ouest connaît également des difficultés où la production du borehole de Yémen a chuté de 75 % au mois de décembre. Les régions suivantes sont pénalisées : Tamarin, Case-Noyale, La Gaulette, Cotteau-Raffin, Morcellement Gambier et Le Morne.
La CWA conseille par ailleurs à la population de bouillir l’eau avant de la consommer.