En raison de leur taille ils ne passent pas inaperçus. Un atout considérable si on veut être bien vu. Cet atout pose cependant un problème de taille à leurs concurrents. Si bien qu’une lettre dénonciatrice a été envoyée à l’Independent Commission against Corruption (ICAC) déplorant la concurrence déloyale avec ces panneaux publicitaires installés par deux sociétés engagées dans le montage de panneaux d’affichage, en l’occurrence Primedia Outdoor et Alliance Media. Ces deux compagnies auraient enfreint les règlements de la Road Development Authority (RDA) et seraient dans l’illégalité.
A la RDA, on fait ressortir que des actions devraient être prises contre ces promoteurs et également contre tous les panneaux publicitaires installés illégalement un peu partout à travers l’île. Or, Primedia Outdoor — dans un communiqué de presse dans lequel elle insiste sur la certification professionnelle des panneaux qu’elle a installés — fait ressortir que si de nouvelles règles ont été proclamées à la RDA concernant la dimension des panneaux publicitaires, décision avait aussi été prise en juin dernier, par la RDA, que les panneaux déjà installés et qui dépassaient les superficies nouvellement autorisées, seraient acceptés jusqu’à décembre 2013.
Selon les nouveaux règlements de la RDA, la dimension maximale d’un panneau publicitaire est de 75m2. Mais avant toute installation d’une structure, les agences engagées dans ce domaine doivent en faire la demande auprès de la RDA qui, en fonction du formulaire rempli par les demandeurs, approuve ou refuse. Des critères très spécifiques — dont la dimension du panneau, l’aval du propriétaire du terrain s’il s’agit d’un terrain privé, ainsi que la certification d’un ingénieur professionnel enregistré (pour les panneaux de plus de 12m2) — doivent être respectés pour que la RDA donne son aval. Les structures doivent de même pouvoir «withstand a wind/cyclonic gust of 300km/h»; disposer d’une assurance qui prend en charge les dégâts éventuels, et être agencées de manière à ne pas gêner la circulation. «Toute application faite doit satisfaire ces conditions avant que l’on n’accorde une Letter of Intent au demandeur», explique un préposé de la RDA.
Or, dans leur lettre de dénonciation à l’ICAC, les détracteurs font ressortir que Primedia Outdoor et Alliance Media n’auraient pas respecté ces critères, d’autant que la dimension des panneaux pointés du doigt couvriraient  plus de 100m2. Qui plus est, selon la lettre, ces deux entreprises ne respecteraient pas les distances requises par rapport à la distance de l’autoroute. Les détracteurs vont plus loin affirmant que ces panneaux sont illégaux et que les deux sociétés ne disposent d’aucun Engineer Certificate. Ils insistent sur l’illégalité de ces panneaux tenant compte aussi du fait que les agences ne disposent d’aucun permit number pour se régulariser auprès de la Mauritius Revenue Authority (MRA) en fonction du Advertising Structure Fee comme réclamé par la loi. Déplorant la concurrence déloyale à laquelle ils doivent faire face en raison de ces panneaux publicitaires sur dimensionnés qui gâchent de surcroît la vue des autres panneaux conformes aux normes, ils s’interrogent ainsi sur le rôle de la RDA dans cette affaire et du laxisme de l’organisme à prendre des actions.