Stephan Toussaint et Sandrine Valère affichant à la presse un spécimen de billet qui sera remis aux sportifs, sous le regard de Dev Putty

La grogne des sportifs et même du public a été entendue par le MJS. En effet, hier, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stephan Toussaint, accompagné de l’assistante-secrétaire permanente au cabinet, Sandrine Valère, sont venus annoncer à la presse la remise de billets d’accès complémentaires aux 14 fédérations sportives concernées par les Jeux. C’est ainsi que chaque membre de délégation sera pourvu de deux billets pour assister à la cérémonie d’ouverture et chaque sportif pourra disposer de deux billets d’accès à son site de compétition respectif uniquement.

De ce fait, on a annoncé la distribution de 550 billets complémentaires, soit « deux fois le nombre des 275 sportifs mauriciens » engagés à ces Jeux. Ces fameux billets seront des passe-partout pour toutes les compétitions et tous les matches prévus pour une discipline sportive uniquement. Les parents des sportifs mauriciens pourront donc assister aux débats durant toute la durée de l’événement. Et qu’en est-il du droit d’accès des sportifs et autres officiels mauriciens accrédités à d’autres sites de compétition pour soutenir leurs compatriotes ?

« Cette possibilité pourrait être envisagée au jour le jour. J’en serai personnellement responsable », a indiqué Sandrine Valère, interrogée à cet effet. Elle devait aussi faite ressortir que « depuis quelque temps déjà, on avait commencé à réfléchir là-dessus. Nous avons expliqué aux fédérations sportives toute la logistique pour le bon déroulement des Jeux. On se demandait aussi si les parents pourraient accéder aux sites de compétition. Ainsi, nous offrons deux billets d’accès à la cérémonie d’ouverture à chaque membre de délégation et deux billets complémentaires à chaque sportif. » Ces billets n’ont aucune chance d’être falsifiés. Elle a également annoncé la mise en place de 14 fan zones dans diverses régions de l’île, en collaboration avec les conseils de district et les autorités locales.

« Les Jeux sont là », avait renchéri quelques instants avant le ministre. « On arrête de compter quand cela va commencer, car dans 13 jours tout sera terminé. Mon souhait le plus cher est que tout le monde en profite pour passer un bon moment. Pour ce faire, on va essayer d’enlever le stress de nos sportifs en marchant ensemble. Désormais, c’est aux autres de gérer les compétitions. Hier (lundi), il y a eu l’inauguration du complexe sportif de Côte d’Or. Nos nageurs et judokas sont gâtés et la pelouse du terrain de football, même si elle n’est pas opérationnelle, est verdoyante, on dirait Anfield Road », a-t-il ajouté, suscitant l’hilarité générale.

Pour le ministre, « les choses avancent en dépit des difficultés. C’est comme ça. Mais il y a toujours des solutions. » Il a terminé en disant que c’est dans ce « fighting mood » qu’il aborde les Jeux.  Il a également avoué qu’il y a eu beaucoup de demandes de la part des sportifs qui voulaient que leurs familles accèdent aux sites de compétition. « Mais nous n’avons pu finaliser avant en raison de la restriction des places disponibles, que ce soit au gymnase de Vacoas, de badminton et de tennis de table. » Il va faire installer 14 écrans géants à travers l’île pour que les Jeux soient suivis par tous les Mauriciens.