Equilibre Bio Energy Production Ltd se lance dans la transformation en diesel de l’Arundo donax, plus connue à Maurice sous le nom de fatak. Un projet vert qui a pour objectif de fournir 13 à 14% de la consommation annuelle de diesel.
Produire un million de litres de diesel par an à partir de l’Arundo donax : c’est le but que s’est fixé Equilibre Bio Energy Production Ltd. “Nous pourrons produire entre 13 à 14% de la consommation annuelle de diesel, ce qui va diminuer la dépendance de Maurice sur le diesel importé”, affirme Robin Virahsawmy, Marketing Manager.
Ce projet se base sur la technique mise au point par le Dr Christian Kock en Allemagne pour la production de biodiésel. “On va broyer la plante jusqu’à avoir des morceaux de 2 mm environ, qui se transformeront en diesel avec un processus particulier. L’avantage de ce diesel est qu’il sera non polluant, avec une faible quantité de soufre, soit environ 20-30 particules par millions, concordant avec le projet Maurice Île Durable.”
Première récolte.
Mercredi dernier, une équipe de l’Agricultural Research Extension Unit (AREU) a procédé à la coupe d’une première récolte d’Arundo donax à La Chaumière, Bambous. “Cette récolte nous permettra d’effectuer des tests et connaître la quantité d’eau présente dans la plante lorsqu’on vient de la couper. Nous allons laisser quelques plantes au soleil pendant deux jours pour voir à quelle vitesse l’humidité disparaît. À l’usine, nous aurons évidemment d’autres techniques pour enlever l’humidité”, souligne Robin Virahsawmy. Ce dernier soutient que la quantité d’humidité requise dans la plante au moment de sa transformation pour que la production de diesel soit effectuée à son plus fort potentiel est de 15%. Il faudra 3 kg d’Arundo donax pour produire un litre de diesel.
L’équipe de l’AREU a procédé également à la pesée. Des échantillons ont été pris pour des tests en laboratoire et pour la création de pépinières qui serviront de base pour la plantation. “Pour dix hectares de plantation, il nous faut un hectare de pépinière.”
Facilités.
La fatak a des propriétés qui lui confèrent un gros avantage pour la production de biodiésel. La plante s’adapte à tous les microclimats de l’île et pousse très rapidement. Les plantes récoltées ont été mises en terre en juin 2012 sous forme de boutures. Sept mois après, elles ont déjà atteint la maturité. Leurs tiges s’élèvent à 4,5 mètres de hauteur. “On ne s’attendait pas à avoir de tels résultats. La plante pousse vite car elle est creuse à l’intérieur, ce qui fait qu’elle a besoin de moins d’énergie pour grandir. Nous avons constaté qu’avec 100% de compost, les résultats étaient encore meilleurs”, soutient Robin Virahsawmy.
Outre l’AREU, ce projet est aussi entrepris en collaboration avec Fer-Rich, producteur de compost basé à La Chaumière. Robin Virahsawmy ajoute qu’aussitôt la récolte effectuée, il y a une repousse très rapide.
Unité de démo.
Dans cinq à six mois, une unité de démonstration verra le jour sur la propriété sucrière de St-Aubin. Elle pourra produire 150 litres de diesel par heure, ce qui ne sera qu’un premier jet. “Nous allons permettre aux entreprises mauriciennes de venir tester notre produit et constater par eux-mêmes sa qualité.” À terme, une unité de production sera construite à Solitude; elle pourra produire 5,000 litres par heure.
Le diesel produit sera d’une très bonne qualité, si l’on en croit Robin Virahsawmy. “On sait déjà que le diesel est de la même qualité qu’en Europe. Les constructeurs de moteurs l’ont déjà approuvé.” Robin Virahsawmy ajoute que l’entreprise produira à peu près la même quantité d’eau distillée en parallèle. Eau qui pourra être utilisée dans certains procédés.