Paul Clerkin, un étudiant américain du centre de recherches marines des Moss Landing Marine Laboratories, de la California State University, a découvert récemment huit nouvelles espèces de requins au cours d’une expédition à 200 km au sud de l’île Maurice. C’est ce que rapporte le centre de recherche sur son site internet au début de ce mois.
Selon Brynn Hooton-Kaufman, l’auteure de l’article du site internet des Moss Landing Marine Laboratories (MLML), l’étudiant Paul Clerkin, qui accompagnait des pêcheurs, est retourné d’une expédition de deux mois dans le sud de l’océan Indien avec dans ses filets huit nouvelles espèces de requins des eaux profondes. Ces requins avaient été pris à quelque 200 km de Port-Louis, le long du Melville Ridge, une faille peu explorée d’une profondeur d’environ 4 000 mètres.
Les marins avaient pêché environ une tonne de requins, et parmi les 350 individus pris à une profondeur de 2 000 mètres, Paul Clerkin est tombé sur huit nouvelles espèces jamais répertoriées jusqu’ici. Ces nouvelles espèces ont été trouvées à un emplacement distant d’une semaine de voyage en bateau à partir de la rade de Port-Louis. Un isolement qui en fait une zone peu étudiée jusqu’ici, commente la cyber-journaliste.
Ces requins pourraient être plus importants que le « charismatique requin blanc », selon le Dr Dave Ebert, le directeur des MLML Pacific Shark Research Centre, rapporte Brynn Hooton-Kaufman. « Les requins n’ont pas vraiment été explorés autant que nous le voudrions », a confié Paul Clerkin à la cyber-journaliste.
Le Dr Ebert affirme que c’est ce manque de données de base sur les diverses espèces de requins qui rend la découverte de ces huit nouvelles espèces si importante. « Le requin blanc est protégé en Amérique du Nord et dans d’autres régions du monde, alors que ces huit nouvelles espèces n’étaient mêmes pas connues jusqu’ici et qu’on ne peut donc les protéger », affirme le Dr Ebert. « Les découvertes comme celles de Paul Clerking sont donc très importantes afin que les diverses espèces de requins soient mieux protégées et ne soient pas menacées d’extinction », affirme-t-il.
Brynn Hooton-Kaufman affirme que Paul Clerkin s’apprête maintenant à prendre les mensurations des nouveaux spécimens pêchés et à collecter les données génétiques de chacun d’eux pour déterminer qu’ils sont effectivement d’une nouvelle espèce. « Le jeune chercheur aura ensuite la tâche exaltante de donner un nom à chaque espèces prise, un rare privilège que peu de jeunes chercheurs dans le monde ont eu jusqu’ici », commente la cyber-journaliste.
Cependant Paul Clerkin attribue le mérite de sa découverte aux MLML. « Le Pacific Shark Research Centre aux MLML offre de grandes opportunités à des étudiants qui collaborent à un réseau d’institutions et de chercheurs internationaux », confie-t-il à Brynn Hooton-Kaufman. « L’expédition a été pour moi très gratifiante, et je suis très heureux d’avoir vécu cette extraordinaire expérience », ajoute-t-il.
Selon Brynn Hooton-Kaufman, le Pacific Shark Research Center des Moss Landing Marine Laboratories a découvert et a nommé ces dernières années plus de 20 nouvelles espèces de requins.