La faculté d’ingénierie de l’université de Maurice a organisé une journée porte ouverte sur le thème “Sustainable Waste Management” fin de la semaine dernière dans le but de promouvoir une meilleure gestion des déchets pour la préservation de l’environnement et le bien-être de la société. La gestion efficace des déchets est en effet un maillon fort du développement durable, d’autant qu’environ 1 200 tonnes de déchets sont produites à Maurice quotidiennement.
Le Pr Romeela Mohee, vice-chancelière de l’université de Maurice et spécialiste en compostage, a déclaré que la gestion durable des déchets est essentielle au développement futur de notre pays. « J’ai commencé à faire de la recherche sur le compostage à Maurice en 1990, notamment sur la transformation biologique des déchets organiques afin de leur donner une valeur ajoutée. Mes collaborateurs et moi avons développé des composteurs et, à ce jour, 2 000 outils de ce genre sont utilisés à Maurice, à Rodrigues et dans certains pays d’Afrique », a-t-elle dit, avant de rappeler que 80% des ordures collectées à Maurice sont d’origine organique. De ce fait, le compostage et la production de biogaz sont les moyens les plus appropriés pour leur traitement. Dans cette optique, l’université de Maurice travaille actuellement avec plusieurs collaborateurs afin de mettre en place des formations destinées à divers groupes communautaires « dans le but de renforcer l’intérêt pour des pratiques moins polluantes ».
Geeta Somaroo, chargée des cours à l’université, estime, pour sa part, que la sensibilisation est un moyen efficace de toucher les Mauriciens quant à la gestion des déchets. « Le tri à la source est la base même d’une bonne gestion des déchets et il est primordial de sensibiliser les gens à cette pratique. C’est pour cette raison que l’université de Maurice s’est engagée à offrir des formations théoriques et pratiques aux responsables et aux détenus de la prison de Petit-Verger, qui fabriquent eux-mêmes leur compost. Il est aussi important de rappeler que les déchets peuvent également être utilisés pour produire du biogaz, le fruit de la dégradation des matières organiques récolté grâce à un outil baptisé “digestat”. Le biogaz est une alternative au gaz ménager », précise-t-elle.
Selon elle, les agriculteurs sont conscients de l’efficacité du compost dans l’agriculture. « La qualité du compost a évolué de manière considérable ces dernières années. C’est le résultat du travail de recherche et développement dans le domaine du compostage », a soutenu Patrick Maurel, directeur de Solid Waste Recycling. Des 1 200 tonnes de déchets produites quotidiennement à Maurice, environ 300 à 400 sont acheminées aux centres d’enfouissement de la Chaumière et de Mare-Chicose afin d’être transformées en compost.