L’affaire du disque dur contenant des informations de l’état civil dans le cadre du projet de migration vers la nouvelle Biometric Identity Card du 19 octobre de l’année dernière revient à la surface. Alain Ahvee de Lalit, commentant une information publiée par L’express-dimanche réaffirmant que cet équipement informatique a été égaré en dépit des assurances du Prime Minister’s Office, fait état de graves craintes de Lalit sur cet état de choses.
Initialement, le Prime Minister’s Office avait émis un communiqué dans la soirée du même 19 octobre 2013 soutenant que ce document confidentiel, rapporté comme étant égaré au poste de police de Pope Hennessy, avait déjà été retrouvé. Or, il semblerait que ce disque dur avec des données confidentielles de l’état civil demeure toujours missing.
Réagissant à ces derniers développements susceptibles de porter atteinte à l’intégrité de l’exercice mené par le Mauritius National Identity Card Scheme sous la supervision du PMO, Lalit fait état de sa « konsternasion ki Mauritius National Identity Scheme ki ansarz tou data santralize pou nouvo ID Card, finn perdi enn hard disk avek boukou done leta sivil ladan ». Le représentant de Lalit s’étonne de l’absence de réactions des autorités dans la conjoncture.
« Asterla, ena temwaniaz pe vinn delavan pou dir ki efektivman finn perdi tou sa data lor sitwayin Moris. Dan Lalit, nou trouve ki ena boukou eleman inportan, si lartik pibliye yer granmatin vre. E nou remarke ki PMO ki abitie tir kominike brit-brit finn res silansie. Li paret finn ena enn “cover-up”, e sa li pou extreman grav si li vre », poursuit Alain Ahvee, qui s’interroge sur les raisons derrière ce cover-up allégué.
Réclamant des précisions de la part du gouvernement à ce sujet, Lalit ajoute que « nou trouv trakasan ki enn hard disk avek data leta sivil lor sitwayin Moris, li dan lame enn seri travayer kontraktiel, pa kone kisannla, ki travay pou konpani prive. Konpani sekter prive pena deontolozi neseser pou “handle” data personel lor sitwayin enn pei an antie. Lor la, dan sa ka la, li enn konpani prive Singapor aparaman, setadir san okenn devwar anver lepep Moris ».
Lalit, qui mène campagne contre les empreintes digitales pour les besoins de la Biometric ID Card, revient à la charge dans sa campagne de go-slow pour le renouvellement de la carte d’identité nationale. « Nou fer enn apel formel a Gouvernman pou li friz so proze Kart ID biometrik obligatwar, e limem li demantel so database, parey kouma Gouvernman UK ti fer an 2010, plis pou amand lalwa pou ki nou servi nouvo kart, parey kouma ansyin kart. Sa vedir, ki kart la nepli lie ar okenn data-base santralize », soutient Alain Ahvee à cet effet.