Des étudiants du Birla Institute of Technology, affilié au Birla Institute de Ranchi en Inde, ont déclaré au Mauricien que depuis le mois dernier, l’institution leur mettrait la pression pour terminer le travail d’un semestre en un mois en raison d’une « éventuelle fermeture ». La raison avancée dans ce contexte serait le non-renouvellement du visa du directeur de l’établissement, Arbind Kumar, qui, lui, évoque au Mauricien « un travail de restructuration ».
Situé à Quatre-Bornes, le Birla Institute of Technology est enregistré depuis 2008 auprès de la Tertiary Education Commission (TEC). L’institution offre actuellement une dizaine de cours, sanctionnés par un diplôme ou Masters, dans plusieurs domaines comme le Business Administration et le Computer studies.
Tous les cours du Birla Institute of Technology ont été accrédités par la TEC et certains devaient être renouvelés cette année. Des étudiants – qui témoignent sous couvert de l’anonymat – sont catégoriques : « On nous a bien fait comprendre que l’institution fermera bientôt ses portes et que le directeur ne renouvellera pas son permis de résident. » Ces jeunes, inscrits au Birla Institute of Technology depuis 2010 et devant en principe compléter leurs études en 2013, se disent toujours dans le flou quant à la décision de l’institution de poursuivre ou non ses activités.
L’on apprend par ailleurs que le Birla Institute of Technology a mis un terme à l’exercice d’inscription de nouveaux étudiants depuis l’année dernière. Si au niveau de la TEC l’on soutient qu’il n’y a aucune loi concernant la fermeture d’une institution, elle souligne toutefois qu’il doit y avoir une exit strategy.
Des étudiants soutiennent cependant que l’institution les contraint à terminer le programme d’un semestre en mois. Ils auraient aussi appris qu’ils n’auront pas droit à une cérémonie de remise des diplômes. Tous les certificats du  Birla Institute of Technology sont délivrés par Birla Institute of Technology de Ranchi en Inde.
Des jeunes de l’institution ont aussi fait parvenir leurs doléances à la TEC qui a déjà initié une enquête auprès de la direction. « Nous avons envoyé une lettre officielle au directeur de Birla Institute of Technology pour lui demander des explications. À ce stade, il n’a pas parlé de fermeture », souligne le Dr Praveen Mohadeb, directeur de la commission. Il soutient toutefois que la TEC fera tout pour faire la lumière sur cette affaire.
Le Birla Institute of Technology a par ailleurs fait en 2009 une demande pour offrir deux nouveaux cours dans le domaine d’engineering. La TEC avait alors demandé à l’institution de fournir plus de renseignements. Demande restée sans suite.
Contacté par Le Mauricien, le directeur de Birla Institute of Technology nie la fermeture de l’institution. Arbind Kumar a cependant refusé de donner plus de détails sur un projet de restructuration. « If the students are having some problems, I am the one who can solve them », a-t-il déclaré.