Le directeur du Bureau international du travail pour la région océan Indien, Christian Ntsay, était à Maurice pendant deux jours afin de faire le suivi du “Decent Work Programme” signé en 2012. Cette visite avait aussi pour but de consolider les liens intersyndicaux. Raison de son intervention au Mauritius Labour Congress.  
De passage à Maurice, le directeur régional du Bureau international du travail (BIT) en a profité pour rendre visite au Mauritius Labour Congress (MLC), à qui il a prodigué quelques conseils. « La mutation du travail à Maurice est très rapide. Il vous faut être proactif car cela vous servira beaucoup », a-t-il déclaré. Et de souligner que la solidarité intersyndicale est « primordiale », avant de faire ressortir : « L’importance est d’avoir une seule voix, d’être la force de proposition. Vous gagnerez toujours à être ouvert aux autres. »
Le directeur régional a aussi souligné que mettre l’accent sur un Strategic Development Plan serait « un plus pour le MLC ». Et de recommander qu’ils commencent à proposer une structure.
Cette rencontre entre le BIT et le MLC a aussi été l’occasion pour Haniff Peerun, président du MLC, de témoigner sa gratitude au BIT. « Je remercie la collaboration du BIT. Il a apporté un sentiment de fraternité entre nos frères syndicalistes. » Il a ensuite saisi l’opportunité de définir les priorités syndicales, à commencer par initier une « unité », à la fois pour la classe syndicale et les travailleurs. M. Peerun a aussi fait ressortir que le MLC veut servir de « pont » entre les fonctionnaires et les travailleurs du privé, rappelant que ces deux secteurs sont souvent en conflit du fait du PRB et du NRB. Selon M. Peerun, l’emphase sera aussi mise cette année sur la famille. « Nous mettrons aussi l’accent sur le “health and safety” car les accidents du travail sont en hausse. »