Rajen Velvindron, qui purge déjà une peine d’emprisonnement de 15 ans pour trafic de drogue, a été condamné hier à trois ans de prison pour blanchiment d’argent. Si son épouse et sa fille ont été disculpées par la Cour intermédiaire, il a été reconnu coupable d’avoir blanchi la somme totale de Rs 4 millions entre septembre 2000 et octobre 2001.
Lors de la dernière audience, l’avocat de l’ICAC Me Ponen avait demandé au magistrat Vijay Appadoo d’émettre un ordre visant à confisquer deux terrains, l’un appartenant à Rajen Velvindron et l’autre au nom de sa fille Mandee. Par ailleurs, l’avocat de l’ICAC avait demandé la confiscation de l’argent sur le compte bancaire du détenu. Son homme de loi, Me Gavin Glover SC, avait pour sa part plaidé pour une peine de prison inférieure à trois ans.
Cet habitant de Terre-Rouge avait plaidé coupable sous une accusation formelle de blanchiment et avait déclaré que son épouse et sa fille, coaccusées dans le procès, ignoraient tout des dépôts sur certains comptes bancaires. S’expliquant sur la provenance de cet argent lors de son procès devant la Cour d’assises, Rajen Velvindron avait déclaré avoir passé huit ans en France et que son épouse et lui-même avaient économisé 4 millions de francs, soit Rs 15 millions. Il était alors poursuivi pour trafic d’héroïne d’une valeur de Rs 25 millions. Rajen Velvindron avait été arrêté par l’ADSU à sa descente d’avion le 5 août 2001. Les policiers agissaient sur la base des aveux d’un dénommé Joseph Bottesoie. En juillet 2001, l’ADSU avait découvert 2,5 kilos d’héroïne dans l’appartement de Joseph Bottesoie à Quatre-Bornes. Celui-ci avait indiqué que cette drogue lui avait été fournie par un certain Rajen, habitant Terre-Rouge.